Cet article date de plus de cinq ans.

Incidents à Reims et Bastia : Cazeneuve dénonce les "pseudo-supporters" du SCB

Dans une communiqué publié ce dimanche soir, le ministre de l'Intérieur accuse "des pseudo-supporters" du Sporting Club de Bastia d'avoir "agressé les forces de l'ordre à Reims et à Bastia". Gilles Siméoni, le président du Conseil exécutif de Corse, a lui demandé une enquête "indépendante et impartiale".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur a réagi aux incidents de Bastia © REUTERS/Regis Duvignau)

"Hier à Reims, à l'issue du match de Ligue 1 opposant Reims à Bastia, des voyous ont proféré des insultes et des menaces à l'encontre des policiers. Huit d'entre eux ont été placés en garde à vue, prolongée ce soir. En réaction à ces interpellations, ce soir à Bastia une centaine d'individus ont lancé des projectiles et des cocktails molotov sur le commissariat de la ville. Ils ont été rapidement dispersés par les forces de l'ordre. Un CRS a été légèrement blessé à la tête." C'est le récit des incidents qui se sont produits samedi soir à Reims et dimanche soir à Bastia selon le ministre de l'Intérieur. Bernard Cazeneuve qui "condamne très fermement ces actes inadmissibles, et appelle les responsables du Sporting Club de Bastia à intensifier leur travail de lutte contre les dérives de certains de leurs supporters "ultras". Les premières échauffourées ont éclaté à Reims, samedi soir, après le match Reims-Bastia, comptant pour la 26e journée de ligue 1. Un supporteur corse a été blessé à l'œil dans des circonstances encore floues ce lundi matin. Cette blessure est à l'origine du rassemblement, hier soir devant le commissariat Bastia, au cours duquel les policiers ont été pris pour cible.

Des bouteilles de gaz lancées sur les policiers bastiais

Dimanche soir, des jeunes gens étaient venus soutenir les parents et les amis des huit jeunes supporters bastiais interpellés samedi soir à Reims après le match entre les deux équipes. Interpellation au cours de laquelle un jeune homme de 22 ans a perdu un oeil, victime d'un tir de flashball à la tête, selon ses proches. Thèse contestée par le parquet de Reims qui affirme que le jeune homme s'est blessé en tombant alors qu'il fuyait les CRS qui voulaient l'interpeller. Devant le commissariat de Bastia, les manifestants ont été rejoints par quelques dizaines de jeunes cagoulés. Les affrontements ont duré plus de 3 heures et on a frôlé le pire avec l'explosion de bouteilles de gaz lancées sur les policiers. 

Devant le commissariat de Bastia, la manifestation a dégénéré - récit Pierre-Louis Sardi
écouter
 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Foot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.