Cet article date de plus de deux ans.

Football : la relégation des Girondins de Bordeaux en National 1 est "un désastre", déplore Bixente Lizarazu

"Ce que je vois surtout c'est que c'est très mal géré et que ça finit très mal", a réagi le consultant football de franceinfo.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Bixente Lizarazu, le 16 juillet 2020 dans le studio de franceinfo. (CHRISTOPHE ABRAMOWITZ / RADIO FRANCE)

La relégation des Girondins de Bordeaux en National 1, confirmée en appel mardi 5 juillet, est "un désastre", confie ce mardi Bixente Lizarazu, consultant football de franceinfo. Le champion du monde 1998 a passé douze ans chez les Girondins, son "club de coeur."

>> Football : changements de propriétaires, marasme sportif, rétrogradation en National 1… Les dates de la descente aux enfers de Bordeaux

"C'est un désastre depuis la vente de M6, avec d'abord la gestion américaine de GACP avec ces fameux fonds de pension et puis ensuite la gestion de Gérard Lopez, dénonce Bixente Lizarazu. Ces gens-là, on se demande comment ils ont racheté le club, en tout cas ils étaient assez malins pour le racheter mais pas pour le gérer."

"C'est très triste de voir un club dans lequel j'ai passé douze ans, où j'ai vécu de très grands moments, qui est mon club de coeur en France bien entendu, de le voir plonger comme ça."

Bixente Lizarazu

à franceinfo

L'ex-footballeur n'est pas très optimiste quand à la survie des Girondins. "Aujourd'hui le club peut disparaître, très clairement, alerte-t-il. Le maire de Bordeaux parlait d'une petite chance mais une décision comme celle-là, je ne vois pas où est la petite chance encore, même si je l'espère. Mais s'ils ont pris cette décision c'est que la situation financière est vraiment catastrophique."

Pour Bixente Lizarazu, "c'est le symbole aussi d'un football mondialisé, où on perd les repères. Où l'on ne parle que d'investissement, de trading... Ce que je vois surtout c'est que c'est très mal géré et que ça finit très mal."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.