Football : pourquoi les prostituées font partie du décor

Le nom de Yann M'Vila apparaît dans une affaire de prostitution de mineure. Et il n'est pas la première star du ballon rond à se retrouver dans cette situation. Explications.

La presse allemande lors de l\'affaire Zahia, le 20 avril 2012, qui implique le joueur du Bayern Munich Franck Ribéry.
La presse allemande lors de l'affaire Zahia, le 20 avril 2012, qui implique le joueur du Bayern Munich Franck Ribéry. (BARBARA SAX / AFP)

Dure semaine pour l'équipe de France de football. Pas sur le terrain, mais à la rubrique people et faits divers. Après les aventures de Patrice Evra dans une chambre d'hôtel parisienne en galante compagnie, le nom de l'international tricolore Yann M'Vila apparaît dans une affaire de prostitution de mineure, selon LCI, mercredi 13 février. Au-delà du fait divers, qu'est-ce qui pousse la crème du ballon rond à avoir recours aux services de prostituées ? Eléments de réponse.

Le coup d'un soir peut coûter très cher

"Soyons honnêtes : les femmes représentent la plus grande tentation, écrit crûment l'ancien attaquant des Bleus Louis Saha dans son livre. C'est le talon d'Achille pour un jeune joueur. Ils peuvent être rapidement embarqués, séduits par une fille qui va ensuite monnayer l'histoire dans les journaux. C'est dur de savoir qui croire, et on devient vite parano en ce qui concerne les femmes. D'où le fait que beaucoup de joueurs préfèrent des professionnelles." 

Au Brésil, ces jeunes femmes qui ne cherchent qu'à devenir enceinte d'une pointure du ballon rond ont un nom : les Maria Chuteria. En France aussi, certains joueurs de L1 peuvent représenter une rente à vie pour certaines jeunes femmes. L'ancien attaquant de l'OM Loïc Rémy est en ce moment poursuivi en justice par une femme qui affirme qu'il est le père de son enfant, rapporte Nice Matin.

Avec les prostituées, discrétion garantie (en principe)

En revanche, avec des prostituées, silence garanti. "Les affaires qu'on connaît en France, l'affaire Zahia, l'affaire des prostituées de Montpellier accusées d'avoir volé Yann M'Vila [en 2011] et l'affaire d'aujourd'hui, sortent dans la presse car il y a une enquête judiciaire", remarque Jérôme Jessel, auteur de deux livres sur le sujet (Sexus Footballisticus et La décennie décadente du football français), contacté par francetv info. Pourquoi une enquête judiciaire dans plusieurs cas alors que la prostitution est légale en France ? Parce que dans ces cas précis, il s'agit de mineures. 

En Angleterre, plusieurs prostituées ont profité d'une relation avec une vedette pour se faire un nom. Jennifer Thompson, alias "Juicy Jeni", a ainsi séduit Mario Balotelli (ex-Manchester City) après avoir fait la une des tabloïds pour avoir eu des relations sexuelles avec Wayne Rooney, alors que la femme de ce dernier était enceinte.

Bien souvent, les footballeurs payent plus que les autres clients. Le prix du silence. Lors du démantèlement d'un réseau de prostitution à Bordeaux géré par "Madame Agnès" en 2007, la police a découvert que huit joueurs des Girondins avaient fréquemment recours aux filles de la maison, qui leur faisaient payer le tarif le plus cher, raconte le JDD. "C'est représentatif de ce qui peut se passer en L1", estime Jérôme Jessel.

A Paris, un hôtel et une chambre en bonne compagnie

A quoi se résume la vie d'un footballeur ? Deux heures d'entraînement le matin, les enfants à garder (pour ceux qui en ont), de longues parties de jeu vidéo, des sollicitations publicitaires et des interviews, et de plus en plus de poker et autres jeux d'argent en ligne...  Pas mal de temps libre, que chacun utilise à sa guise. "Aujourd'hui,  les joueurs montent souvent à Paris pour écumer les boîtes de nuit du triangle d'or [le quartier des Champs-Elysées] et, arrivés dans les grands hôtels, ils demandent leur oreiller, le nom de code pour la prostituée qu'ils ont l'habitude de fréquenter", détaille Jérôme Jessel.

"Ça fait partie du décor footballistique depuis Garrincha, le fameux ailier brésilien des années 1950-1960 qui se vantait d'avoir eu des centaines de femmes, ou George Best, le fantasque ailier de Manchester United, poursuit Jérôme Jessel. Mais à l'époque, il y avait une omerta journalistique."  Un silence qui a volé en éclats, bien aidé par le développement des téléphones portables et des réseaux sociaux. Le sélectionneur des Pays-Bas a ainsi appris dans un tabloïd roumain comment une partie de son équipe avait fêté la victoire en Roumanie, en octobre dernier. Le tabloïd publie des photos de Robin Van Persie et quelques équipiers, manifestement prises avec un téléphone portable devant le Tiffany Piano Club, haut lieu de la prostitution locale. C'est aussi le mobile de la jeune femme entendue à Paris récemment qui a donné aux policiers le nom de Yann M'Vila dans l'affaire qui a éclaté mercredi 13 février.

Les footballeurs sont des gens riches comme les autres

Deux autres personnalités qui n'ont rien à voir avec le football – un rappeur et un ancien participant de "Loft Story", d'après Le Parisien  figurent dans le téléphone portable de la jeune femme interpellée à Paris. Les clients du réseau de prostitution démantelé à Bordeaux en 2004 appartenaient à la haute société bordelaise, pas seulement au milieu du foot. 

Oubliez les clichés. Le golf, sport le plus CSP+, est-il épargné ? Tiger Woods était un client régulier d'un réseau fréquenté par le Tout-Hollywood à 15 000 dollars la nuit. Les entraîneurs sont plus sages ? L'ancien coach de Chelsea et de Portsmouth, Avram Grant, aimait fréquenter un salon de massage thaï où l'on ne pratiquait pas que des massages. C'était mieux avant ? Le double champion olympique du 400 m haies Edwin Moses a été arrêté pour avoir abordé une femme sur un trottoir de Los Angeles, en 1985, relate le Los Angeles Times (en anglais). Les sports fauchés ne sont pas concernés ? Dans le livre The Dark Side of Sports (en anglais), un membre de l'équipe américaine de lutte expliquait que 20% de l'équipe profitait d'un déplacement à l'étranger pour visiter le club de strip-tease local. Un hockeyeur de la NHL, le championnat américain, estime, dans le même ouvrage, que 30% des joueurs fréquentent des strip-teaseuses, "la même proportion que dans la population".