Football : la suspension d'Ibrahimovic réduite de quatre à trois matchs

La Ligue de football professionnel a réduit vendredi la suspension de l'attaquant du Paris SG Zlatan Ibrahimovic de quatre à trois matchs ferme, pour ses propos grossiers envers le corps arbitral, alors que la sanction de Dimitri Payet (OM) a été ramenée de deux matchs ferme à un match ferme et un match avec sursis.

(Les sanctions infligées aux deux footballeurs avaient suscité un vif émoi au sein de l’OM et du PSG © Maxppp)

Après le tollé, probablement comme un vent de soulagement pour Zlatan Ibrahimovic et Dimitri Payet : ce vendredi, la Ligue de football professionnel a réduit la suspension de l'attaquant du PSG de quatre à trois matches ferme, pour ses propos grossiers envers le corps arbitral. Dimitri Payet, lui, voit sa suspension réduit de deux matches ferme à un match ferme et un match avec sursis. L'instance valide ainsi la proposition de conciliation du Comité national olympique et sportif français, qui avait été saisi en début de semaine par le PSG et Marseille.

Injures et noms d’oiseaux

L’Olympique de Marseille et le PSG avaient décidé en début de semaine de saisir le CNOSF, sans faire appel de la sanction infligée le 9 avril par la commission de discipline de la LFP.  Après la défaite parisienne à Bordeaux (3-2), une caméra de Canal+ avait filmé Zlatan Ibrahimovic furieux, apostrophant en anglais le quatrième arbitre, Johan Hamel, en ces termes : "Réveillez-vous ! Nous ne jouons pas en amateurs! Passe en retrait, avec la main! Je n'ai jamais vu ça en 15 ans de carrière!". S’en suivit plusieurs noms d’oiseaux lâchés alors qu’il s’avançait dans les vestiaires, devant la même caméra.

A l’issue du match contre Lyon le 15 mars, Dimitri Payet, lui, avait crié "on s'est fait ni[…]er ! En[…]lé(s) !" aux abords des vestiaires, furieux que l'arbitre central, Benoît Bastien, n'ait pas validé un but et avait lui aussi été sanctionné.

Boycott de Canal+

Après l’annonce des sanctions contre les deux footballeurs, leurs clubs respectifs avaient décidé de boycotter Canal+ pour avoir diffusé les propos litigieux des deux joueurs. Une décision mise en application par le club parisien qui a fermé les portes du Camp des Loges à un journaliste d'Infosport+, une des chaînes du groupe Canal +.