FIFA : qui est le prince Ali de Jordanie ?

L'élection du président de la FIFA a lieu ce vendredi sur fond de scandale de corruption. Elle oppose deux candidats, le président sortant Joseph "Sepp" Blatter et le prince Ali Ben Hussein de Jordanie.

(Le Prince Ali Ben Hussein se présente à la présidence de la FIFA © REUTERS/Muhammad Hamed)

Face au président sortant, Sepp Blatter, affaibli par le récent scandale de corruption, le prince Ali Ben Hussein, âgé de 39 ans, se présente comme le candidat du renouveau. Pour lui, le football mondial mérite une gouvernance de classe mondiale. Son souhait est "qu'on parle du football et moins de la FIFA ". Le football est pourtant arrivé assez tard dans la vie du prince Ali. Orphelin à tout juste deux ans quand sa mère se tue dans un accident d'hélicoptère, c'est son père, le roi Hussein, qui l'élève. Il mène ensuite la vie classique d'un prince jordanien : éducation britanno-américaine, académie militaire de Sandhurst en Grande-Bretagne. Il s'illustra dans un sport, non pas le foot mais la lutte romaine. Il enchaîne ensuite avec une carrière militaire en Jordanie, rejoint la garde royale.

Le football, une sorte d'école de la vie

Il ne se fait connaître dans le monde du ballon rond qu'au moment où il prend la tête de la Fédération nationale de football. Les clubs jordaniens sont des clubs amateurs, mais il fait le pari de développer des centres de formation dans tout le royaume. Pour le prince Ali, le football a une responsabilité sociale, "c'est une sorte d'école de la vie ", dit-il. Il crée l'association de football d'Asie occidentale et rejoint la FIFA en tant que vice-président en 2011. Il obtient en 2012, la levée de l'interdiction par la FIFA du foulard islamique pour les matchs de foot, afin que toutes celles qui souhaitent jouer, puissent le faire.

Un poids certain dans le scrutin

Même si dans les coulisses, il se dit que Sepp Blatter pourrait être réélu facilement, une vraie opposition se crée face à lui. Michel Platini, le patron de l'Union européenne de football (UEFA) a lancé un appel aux 209 présidents de fédérations à voter pour le prince Ali. Le triple ballon d'or français a même demandé la démission de l'actuel président de la FIFA, en expliquant que "changer de président est la seule façon de changer la FIFA" . Les présidents des Fédérations américaine et canadienne de football ont annoncé qu'elles vont elles aussi soutenir le prince Ali.

A VOIR ►►► Expliquez-nous... la Fifa