Euro 2020 : quel est le dispositif de sécurité prévu pour le match France-Turquie lundi soir au Stade de France ?

Qualificative pour l'Euro 2020, la rencontre se déroule à Saint-Denis dans un contexte politique et sportif tendu.

Une vue aérienne du Stade de France à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), le 11 juillet 2019.
Une vue aérienne du Stade de France à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), le 11 juillet 2019. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Sous haute tension. La surveillance policière sera particulièrement renforcée, lundi 14 octobre, pour le match de football France-Turquie, qualificatif pour l'Euro 2020. Cette rencontre au Stade de France, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), peut permettre aux Bleus de faire un grand pas vers la qualification pour l'Euro, après leur défaite 2-0 face aux Turcs à Konya, en juin.

Mais à l'enjeu sportif s'ajoutent les tensions diplomatiques avec le déclenchement par le président turc Recep Tayyip Erdogan d'une offensive contre les Kurdes de Syrie, condamnée par le président de la République Emmanuel Macron. Quel est le dispositif de sécurité prévu ?

Un millier de policiers mobilisés

Pour assurer le bon déroulement du match, la préfecture de police a prévu un "dispositif de sécurisation générale pour prévenir les troubles à l'ordre public". "Pour l'occasion, dix unités de CRS seront mobilisées en marge du match soit environ 1 000 policiers, indique RMC Sport. Différents services de la préfecture de police, appuyés par des unités de force mobiles, seront ainsi mobilisés en périmétrie comme à l'intérieur du stade, mais aussi dans Saint-Denis et dans Paris avant et après la rencontre, en cas de regroupement spontané de supporters".

Ce match est classé à risque par le ministère de l'Intérieur. Il y a dix ans, les supporters visiteurs turcs avaient perturbé la rencontre amicale gagnée par l'équipe de Karim Benzema (1-0). Celle-ci avait été interrompue quelques minutes après des jets de projectiles et de fumigènes sur la pelouse du stade Gerland de Lyon.

Des contrôles d'identité et des inspections de véhicule prévus

"Une vigilance accrue sera exercée à Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis et à Paris, avant, pendant et après le match en cas de rassemblements", précise la préfecture de Paris à franceinfo. En outre, "des contrôles d'identité seront pratiqués ainsi que des inspections de véhicules". "La vigilance sera également de mise dans les transports en commun", souligne enfin la préfecture.

Les groupes de supporters turcs invités à gérer leur sécurité

Parmi les 78 000 spectateurs attendus lundi soir au Stade de France, de nombreux supporters turcs. Ils seront 3 800 dans le parcage visiteurs, dont tous les billets ont été vendus, selon la Fédération française, et certainement beaucoup plus ailleurs. "Si officiellement, 3 800 fans turcs sont attendus à Saint-Denis lundi soir, d'autres chiffres laissent entendre une présence beaucoup plus conséquente, avec pas moins de 30 000 supporters", note Le Figaro. Dans Le Journal du dimanche, le président de la Fédération française de football, Noël Le Graët, indique "avoir reçu l'ambassadeur de Turquie pour qu'il prenne contact avec ses groupes de supporters et qu'ils aient leur propre sécurité".

Une musique forte pour couvrir les sifflets

Lors du match aller à Konya, en Turquie, en juin, La Marseillaise avait été copieusement sifflée, ainsi que les joueurs français. Quelles mesures pour éviter que cela ne se reproduise ? "La musique sera très forte pour couvrir les sifflets. Après, quoi faire de plus ? Quitter la tribune ? Le temps de la quitter et la Marseillaise sera finie", affirme le président de la Fédération française de football, Noël Le Graët, au Parisien.

"Les problèmes géopolitiques sont là. On ne va pas penser à ça. On est dans une sphère sportive. C'est un match de football dans un stade de football. On va tâcher de rester concentrés là-dessus", a commenté Didier Deschamps lors d'une conférence de presse à la veille de la rencontre. Il a refusé de commenter davantage le contexte géopolitique et le salut militaire des joueurs turcs au début du match contre l'Albanie, vendredi, alors que l'armée de leur pays a lancé une offensive contre des positions kurdes dans le nord de la Syrie. Un responsable de l'UEFA a fait savoir que la confédération européenne de football allait "examiner" si ces saluts militaires étaient conformes à la réglementation.