Cet article date de plus de huit ans.

Euro 2016 : la femme d'un joueur anglais en colère après les incidents du Vélodrome

Rebekah Vardy, épouse de Jamie, reproche aux autorités d'avoir fermé les portes du Vélodrome, à la fin de la rencontre entre l'Angleterre et la Russie, et d'avoir ainsi exposé des supporters à du gaz lacrymogène.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le stade Vélodrome de Marseille, à l'occasion de la rencontre Angleterre-Russie, samedi 11 juin 2016. (KIERAN MCMANUS / BACKPAGE IMAGES LTD)

A priori, elle n'a rien d'un hooligan. Pourtant, Rebekah Vardy assure avoir été incommodée par du gaz lacrymogène, après la rencontre contre la Russie (1-1) disputée à Marseille (Bouches-du-Rhône) dans le cadre de l'Euro, samedi 11 juin. "C'était la pire expérience JAMAIS VUE lors d'un déplacement. Gazés sans raison, enfermés et traités comme des animaux. Choquant !", s'est indigné la femme de Jamie Vardy, attaquant de l'équipe nationale anglaise.

"J'ai été témoin de tout ça avec mes propres yeux. Je ne peux pas commenter des choses que je n'ai pas vues, mais je me suis retrouvée dans un truc horrible et contre mon gré !", a-t-elle ensuite poursuivie. Interrogée par un présentateur de télé britannique, elle accuse les autorités d'avoir fermé les issues du Vélodrome "avant même la fin du match" contre la Russie. "Les supporters n'ont pas pu sortir alors qu'il y avait du gaz lacrymogène !"

L'UEFA reconnaît des dysfonctionnements

Des heurts ont brièvement éclaté dans les gradins du Vélodrome, après le coup de sifflet final. L'UEFA a d'ailleurs reconnu "des problèmes de séparation" entre supporters anglais et russes. Ces derniers sont accusés d'avoir entraîné des "perturbations", avec un "comportement raciste" et le lancer de "fumigènes" et de "projectiles". L'instance disciplinaire de l'UEFA doit examiner ce dossier le 14 juin. Selon La Provence, des supporters russes ont bien été retenus dans le stade à la fin de la rencontre, afin d'éviter les débordements.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.