Euro 2016 : trois choses à retenir de la victoire de la France face à l'Irlande (2-1), synonyme de quart de finale

Antoine Griezmann a délivré des Bleus brouillons et désorganisés face aux Irlandais. L'aventure continue, mais que ce fut dur.

Les Bleus célèbrent un but de Griezmann lors du match France-Irlande, le 26 juin 2016 à Lyon.
Les Bleus célèbrent un but de Griezmann lors du match France-Irlande, le 26 juin 2016 à Lyon. (MAXPPP)

Les Français ont tremblé, et avec eux, tout un pays. Grâce à un doublé d'Antoine Griezmann, les Bleus ont finalement déjoué le piège irlandais (2-1), dimanche 26 juin à Lyon (Rhône), en huitièmes de finale de l'Euro. Grands favoris avant la rencontre, les Bleus ont couru après le score pendant une heure, après avoir été cueillis d'entrée, handicapés par un penalty transformé par Robbie Brady. En quart de finale, les Français affronteront le vainqueur de la rencontre entre l'Angleterre et l'Islande.

L'homme du match : Antoine Griezmann

Longtemps silencieux, l'attaquant des Bleus a attendu l'heure de jeu pour faire parler la poudre à deux reprises. Parfaitement servi par Bacary Sagna, sur un centre de la droite, le buteur de l'Atletico a d'abord trompé le gardien Darren Randolph de la tête. Quatre minutes plus tard, Antoine Griezmann s'est retrouvé face à face avec le gardien, à la faveur d'une belle remise d'Olivier Giroud. Encore une fois, il n'a pas tremblé, délivrant le Parc OL.

Antoine Griezmann célèbre son but avec Olivier Giroud, lors du match France-Irlande, le 26 juin 2016 à Lyon.
Antoine Griezmann célèbre son but avec Olivier Giroud, lors du match France-Irlande, le 26 juin 2016 à Lyon. (REUTERS)

Tant pis si l'attaquant des Bleus a manqué le triplé, en toute fin de match : Antoine Griezmann est enfin à la hauteur des attentes portées en lui. Avec trois buts depuis le début de l'Euro, il occupe désormais la première place provisoire du classement des buteurs, aux côtés d'Alvaro Morato (Espagne) et de Gareth Bale (Pays de Galles). Visiblement affecté par les critiques de la presse, son frère Théo a d'ailleurs réagi avec ironie, sur Twitter.

Le fait du match : le penalty encaissé d'entrée

Cueillis à froid. Dès la deuxième minute de jeu, les Bleus ont concédé un penalty justifié. Maladroit dans son repli défensif, Paul Pogba a commis une charge par derrière sur l'Irlandais Shane Long. Robbie Brady n'a pas tremblé au moment de tirer, en prenant Hugo Lloris à contre-pied, avec un poteau-rentrant.

Paul Pogba commet une faute sur Shane Long, dès le début du huitième de finale contre l\'Irlande, dimanche 26 juin 2016 à Lyon (Rhône).
Paul Pogba commet une faute sur Shane Long, dès le début du huitième de finale contre l'Irlande, dimanche 26 juin 2016 à Lyon (Rhône). (MAX ROSSI / REUTERS)

"Ce penalty a donné encore plus de coeur aux Irlandais et nous a rendus plus fébriles" , a commenté Didier Deschamps au micro de Bein, après la rencontre. Ce but précoce a refroidi les ardeurs du Parc OL et a totalement désorganisé l'équipe, qui a couru derrière le score pendant une heure. Il s'agissait du penalty concédé le plus tôt dans un match de l'Euro, depuis l'édition 1980.

L'inconnue : l'organisation du milieu de terrain

Didier Deschamps a choisi de placer Paul Pogba dans les meilleures conditions, en le titularisant à gauche, son poste de prédilection à la Juventus de Turin. Ce choix a décalé Blaise Matuidi à droite, lequel a longtemps peiné. Mal ajustée, la ligne du milieu de terrain a laissé des espaces béants aux Irlandais. N'Golo Kanté, infatigable et omniprésent (voir ci-dessous), a d'ailleurs été sanctionné par un carton jaune lors d'un énième duel, ce qui le privera de quart de finale.

A la mi-temps, le sélectionneur a choisi de remplacer le milieu par un attaquant, Kingsley Coman. Un choix finalement payant, face à un bloc irlandais en perte de rythme et acculé en défense, durant toute la seconde période. Cette fois, la France s'en est sortie avec une formule inédite, plus proche du 4-4-2 que du 4-3-3 habituel. Faut-il conserver ce système ? Didier Deschamps va sans doute devoir se creuser la tête avant le quart de finale. Heureusement, il peut également compter sur Yohan Cabaye et Moussa Sissoko, satisfaisants contre la Suisse.