Cet article date de plus de neuf ans.

Euro 2012 : ça chauffe dans les vestiaires français

UKRAINE - D'après "L'Equipe", après la défaite face à la Suède, le milieu de terrain Hatem Ben Arfa aurait reproché au sélectionneur de faire jouer des "plus nuls que [lui]".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Laurent Blanc, Samir Nasri et Hatem Ben Arfa, le 9 juin 2012 à Donetsk (Ukraine). (PATRICK HERTZOG / AFP)

Le scénario de la fronde de l'équipe de France lors de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud est-il en train de se reproduire ? L'Equipe titre, jeudi 21 juin, sur "Les secrets d'un règlement de comptes". Après une défaite dure à avaler face à la Suède (2-0) dans l'Euro, l'équipe de France serait divisée, et le sélectionneur, Laurent Blanc, mis en cause.

Le milieu offensif Florent Malouda ne s'en est pas caché lors de la conférence de presse, mercredi 20 juin : "on s'est lancé des missiles", tout en cherchant à "dépersonnaliser le débat". L'Equipe raconte la suite.

Diarra s'en prend aux attaquants

"Ce n'est pas normal !", aurait crié le milieu de terrain Alou Diarra après la défaite. Selon L'Equipe, il reproche à certains joueurs à vocation offensive de ne pas assez défendre et de manquer de motivation. Samir Nasri l'aurait mal pris et aurait demandé à Diarra "de rester poli".

Ben Arfa estime qu'il a été remplacé "par des plus nuls" que lui

Un peu plus tard, à un Laurent Blanc agacé de voir Hatem Ben Arfa occupé par son téléphone, le milieu de terrain de Newcastle répond qu'il a été remplacé par "des plus nuls que [lui]", toujours selon L'Equipe. Nasri se serait encore senti visé, Ribéry aurait tenté de calmer le jeu, tandis que Ben Arfa s'est emporté et a proposé à Blanc de le renvoyer à la maison...

Blanc reconnaît que "ça a été chaud"

Le quotidien sportif juge que ces frictions seraient dues aux choix, du sélectionneur, dont certains sont contestés par les joueurs. Il confie : "Oui, ça a été chaud. Ça existe toujours dans un vestiaire, et souvent après une défaite. Ça prouve qu'il y a eu une réaction, une action et un peu d'électricité. j'espère qu'il y en aura aussi sur le terrain, contre l'Espagne." Et d'ajouter : "Après, on s'est refroidi avec une bonne douche... Ce n'était pas de la cryothérapie, mais on a pris une bonne douche froide."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Foot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.