Cet article date de plus de six ans.

Samir Nasri met un terme à sa carrière internationale

Samir Nasri a pris sa décision : il ne jouera plus en Bleu. Dans un entretien au Guardian, il estime qu'il a tout intérêt à se concentrer sur sa carrière en club car "l'équipe de France ne (le) rend pas heureux".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

"Quand j'y vais, il y a toujours des problèmes, J'ai pris ma décision. J'y pensais depuis 2012 après l'Euro et c'est une confirmation de ce que je pensais. J'ai 27 ans et pour être honnête, tant que  (Deschamps) sera sélectionneur, je n'aurai pas ma chance après tout ce qui s'est passé". 

"Je ne suis pas amer"

Sélectionné pour l'Euro 2012, Nasri n'a en revanche pas été retenu par Deschamps dans le groupe pour la Coupe du monde au Brésil cet été, comme il ne l'avait pas été par Domenech quatre ans plus tôt, en Afrique du Sud. "C'est la vie. (Deschamps) a dit que je n'étais pas content quand j'étais sur le banc, mais je ne connais pas un seul joueur qui soit content d'être sur le banc, surtout  quand on ne comprend pas pourquoi, s'est défendu l'ancien Marseillais. Je ne suis pas amer; j'ai regardé tous les matches de l'équipe de France parce que j'aime le football".

Il pointe du doigt la presse et les autres joueurs

Ne pense-t-il donc pas à l'Euro 2016, qui se jouera en France ? "Je n'aurai que 29 ans. J'aurais pu jouer l'Euro mais l'équipe de France ne me rend pas heureux", a-t-il tranché.

Nasri estime que ce n'est pas seulement un problème avec le sélectionneur, qui "a fait ce qu'il jugeait le meilleur pour son équipe". Le joueur aux 41 sélections pointe du doigt la presse "qui parle de moi", et les autres joueurs. "Pourquoi voulez-vous que je sois dans un groupe avec des joueurs qui ne peuvent même pas être sincères et me dire qu'ils ont un problème avec moi?Je ne veux plus y aller". 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Equipe de France de football

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.