Finlande-France : pour les remplaçants, une opportunité en or de briller

Trois jours après avoir validé sa qualification pour la Coupe du monde face au Kazakhstan (8-0), l’équipe de France se déplace mardi en Finlande pour un match qui pourrait permettre à plusieurs joueurs de se mettre en valeur.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 5 min.
Clément Lenglet et Mattéo Guendouzi après la victoire de la France face au Kazakhstan, le 13 novembre au Parc des Princes (JEAN CATUFFE / JEAN CATUFFE)

Ce Finlande-France avait tout d’un traquenard pour les Bleus. Dans la froideur et la nuit d’Helsinki, les joueurs de Didier Deschamps auraient pu, en cas de déconvenue face au Kazakhstan samedi dernier, avoir à disputer une finale périlleuse à l’extérieur dans ce dernier match du groupe D. Finalement, il n’en sera rien ce mardi 16 novembre.

Après sa très large victoire contre le Kazakhstan (8-0), la France évite un tel scénario et a obtenu sa qualification pour la prochaine Coupe du monde (21 novembre-18 décembre 2022). Ce dernier match de l’année 2021 face à la Finlande reste tout de même important aux yeux de Deschamps et de son staff, mais également pour certains joueurs qui pourraient profiter de l’occasion pour briller.

Léo Dubois, pour continuer d’exister

Léo Dubois fête la victoire de la France en Ligue des nations avec Hugo Lloris et Raphaël Varane, le 10 octobre à Milan (ISABELLA BONOTTO / ANADOLU AGENCY)

Il n’a beau avoir manqué que deux rassemblements depuis sa première sélection en juin 2019, Léo Dubois n’est pas un indiscutable en équipe de France. Ces derniers jours, le latéral de l'Olympique Lyonnais a vu Kingsley Coman mettre la pression sur le titulaire au poste de piston droit, Benjamin Pavard. Loin d’être rassurant pour le capitaine de l’OL qui pourrait se retrouver numéro 3 dans la hiérarchie.

"Participer à une Coupe du monde ? C’est un objectif mais ce n’est pas pour tout de suite, il y a des choses à faire avant", expliquait Dubois sur le site de la FFF il y a quelques jours, signe que le latéral de 27 ans sait que sa place chez les Bleus n’est pas assurée. Malgré une entrée remarquée en finale de la Ligue des nations face à l’Espagne (2-1) en octobre, Dubois doit profiter de ce match contre la Finlande pour se montrer.

À moins que Deschamps ne décide de retenter l'expérience Coman pour que ce dernier se familiarise au poste. Autrement, le secteur défensif des Bleus commence à se stabiliser. Clément Lenglet et Kurt Zouma, avec les retours prochains de Raphaël Varane et Presnel Kimpembe, devront batailler pour revenir en équipe de France même s’ils pourraient jouer ce soir.

Aurélien Tchouameni, pour renverser la hiérarchie

Aurélien Tchouaméni lors de France-Kazakhstan, le 13 novembre au Parc des Princes (JEAN CATUFFE / JEAN CATUFFE)

Avant le match contre le Kazakhstan et au vu de ses premières sélections avec le maillot de l’équipe de France, Aurélien Tchouameni avait tout pour accompagner N’Golo Kanté au milieu de terrain au coup d’envoi. En l’absence de Paul Pogba pour ce rassemblement, Deschamps a finalement choisi de ne pas rétrograder Adrien Rabiot en le titularisant à la place du milieu monégasque.

"Avec ce qu'Adrien (Rabiot) fait avec nous depuis un bon moment, ça me semblait normal et légitime (de le titulariser)", a expliqué Deschamps samedi soir après la rencontre. Tchouameni devra donc en faire plus pour renverser Rabiot et s’installer comme numéro 3 dans la hiérarchie. Son début de saison est plus qu’encourageant et le joueur de l’AS Monaco, qui a disputé les six derniers matchs des Bleus, devra une nouvelle fois se montrer performant face à la Finlande.

Mattéo Guendouzi, pour (enfin) découvrir le niveau international

Mattéo Guendouzi à l'entraînement avec l'équipe de France lors de la Ligue des nations, le 8 octobre à Turin (JEAN CATUFFE / JEAN CATUFFE)

Samedi soir, au Parc des Princes, Mattéo Guendouzi a été le seul joueur de l’équipe de France sifflé par les 45 000 supporters. Il faut dire que le milieu de l’Olympique de Marseille avait fait parler de lui quelques jours plus tôt en conférence de presse du côté de Clairefontaine : "J’aurais préféré jouer au stade de France. Le Parc des Princes, c’est le stade du PSG". Dans ce contexte, Didier Deschamps n’a pas souhaité offrir à Guendouzi sa première sélection.

Cela pourrait être pour ce soir. En comptant sa première convocation en septembre 2019, Guendouzi a été appelé cinq fois, sans jamais entrer sur le terrain. Frustrant pour le milieu de 22 ans qui devrait être titulaire. Dans l’esprit du sélectionneur, Guendouzi a pris le dessus sur Jordan Veretout, présent dans le groupe pour ce rassemblement mais seulement après avoir remplacé Paul Pogba. Guendouzi aura l’occasion de rendre la confiance de Deschamps et prendre quelques longueurs d’avance sur Corentin Tolisso ou Eduardo Camavinga.

Moussa Diaby, pour être plus fiable que Dembélé

Moussa Diaby après la victoire de la France contre le Kazakhstan, le 13 novembre au Parc des Princes (JEAN CATUFFE / JEAN CATUFFE)

Son premier but en Bleu se rapproche. Après avoir frappé le poteau en Ukraine le 4 septembre dernier, Moussa Diaby a connu une émotion intense au Parc des Princes samedi soir quand il a marqué le sixième but de l’équipe de France face au Kazakhstan, servi sur un plateau par Kylian Mbappé. Un but finalement refusé pour une position de hors-jeu mais qui poussera Diaby à réaliser la même performance face à la Finlande.

Sa place chez les Bleus, Diaby sait qu’il la doit actuellement aux pépins physiques d’Ousmane Dembélé. Ce dernier, qui s’était blessé avec l’équipe de France pendant le dernier Euro, n’a joué qu’un match depuis le début de la saison. Alors Diaby profite de la situation. "C'est une très bonne chose, et ça n'a pas toujours été le cas, qu'il y ait des joueurs qui amènent de la fraîcheur et du dynamisme en sortant du banc. (...) L'équipe de France a besoin de joueur comme lui", a souligné Deschamps hier en conférence de presse. Excellent avec le Bayer Leverkusen, l’ailier de 22 ans pousse pour convaincre le sélectionneur de continuer à le convoquer. Après avoir disputé 46 minutes en trois sélections, Diaby devrait avoir davantage de temps de jeu ce soir.

Wissam Ben Yedder, pour se (re)lancer

Wissam Ben Yedder lors de la victoire de la France face au Kazakhstan, le 13 novembre au Parc des Princes (JEAN CATUFFE / JEAN CATUFFE)

Parmi les joueurs évoqués dans cette liste, Wissam Ben Yedder fait peut-être partie de ceux qui ont le plus de chances de débuter contre la Finlande. Gêné par des douleurs, Karim Benzema s’est retrouvé titulaire samedi au Parc des Princes après avoir participé à une seule séance collective la semaine dernière. Ce soir à Helsinki, Ben Yedder pourrait donc suppléer le numéro 19 des Bleus en débutant le match sur la pelouse.

Une occasion en or pour le Monégasque, qui n’a joué que 55 minutes sur ses cinq dernières sélections. Ces derniers mois, Ben Yedder est bien dans le groupe mais peine à s’imposer et montrer ses qualités. Son histoire en équipe de France a du mal à prendre et l’attaquant de 31 ans n’a marqué que deux fois en 16 sélections. Deschamps semble lui maintenir sa confiance alors qu’un Amine Gouiri frappe à la porte des Bleus, et qu’un Anthony Martial rôde toujours. À Ben Yedder de répondre présent.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Equipe de France de football

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.