Cet article date de plus de huit ans.

David Beckham touchera un salaire mensuel de 31 000 euros au PSG

Le contrat de la star anglaise est composé d'un vrai salaire et d'avantages en nature, selon "Le Parisien".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le footballeur anglais David Beckham à Paris le 31 janvier 2013, lors de sa présentation officielle au PSG. (FRANCK FIFE / AFP)

31 000 euros brut : c'est le salaire fixe que touchera David Beckham chaque mois entre février et juin pour sa prestation au PSG, selon des informations publiées par Le Parisien dimanche 10 février. Le footballeur anglais, star internationale, a signé dans le club de la capitale le 31 janvier. Le même jour, il avait annoncé que ses salaires gagnés au PSG seraient reversés à "une association caritative" qui s'occupe d'enfants. Ils seront versé directement par le PSG, comme francetv info le précisait lundi 4 février.

31 000 euros, c'est finalement très supérieur au minimum légal prévu par la charte du football, fixé à 2 200 euros brut mensuels, mais c'est largement inférieur à la moyenne de la Ligue 1 estimée à 45 000 euros mensuels, précise le quotidien. En plus de cette rémunération, David Beckham bénéficiera d'avantages en nature. "Un forfait de 30 000 euros mensuels a été prévu pour les nuits d’hôtel. Quant à la garde rapprochée du footballeur le plus VIP de la planète, elle sera assurée par deux bodyguards, dont la mission a été valorisée à hauteur de 20 000 euros", indique Le Parisien.

"En 2014, David Beckham pourrait payer des impôts sur les revenus liés aux quelques mois passés sous les couleurs du PSG. Mais, en aucun cas, il ne deviendra résident fiscal français, statut qui l’aurait contraint à être imposé en France sur l’ensemble de ses revenus mondiaux", précise aussi le quotidien francilien. La raison : le critère déterminant est le foyer permanent d’habitation. Or, sa famille est restée à Londres.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Foot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.