Cet article date de plus de cinq ans.

D1 Féminine - Juvisy-PSG, les dauphines franciliennes face à face

Hasard du calendrier : les quatre premières de la D1 féminine s'affrontent ce week-end dans le cadre de la 11e journée. Si, dimanche, l'Olympique Lyonnais, leader, se déplace chez son poursuivant immédiat, Montpellier, les deux équipes suivantes au classement vont en découdre dès ce samedi (21h00) à Bondoufle-Evry. Un beau duel en perspective, surtout, avec de chaque côté, les buteuses attitrées, Gaëtane Thiney (Juvisy) et Marie-Laure Delie (PSG).
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.

Les joueuses d'Emmanuel Beauchet pourraient paniquer à l'idée de défier le PSG. En effet, les Parisiennes restent sur six succès d'affilée en Division 1 et bouclent généralement leurs rencontres par des démonstrations offensives impressionnantes (8-0 contre Nîmes, 7-0 contre la VGA Sain-Maur ou encore 5-1 à La Roche-sur-Yon, lors de leur dernière sortie). Seulement, les Essonniennes ont des arguments à faire valoir pour défier leurs prestigieuses voisines. Bien sûr, le FCFJ pourra compter sur sa reine de la surface, Gaëtane Thiney, déjà auteure de 14 buts cette saison (tout comme une certaine Marie-Laure Delie, joueuse du... PSG !). La "'Juv' " pourra également s'appuyer sur Camille Catala pour semer la panique dans la défense parisienne.

Coleman, le rêve américain

La perle à suivre dans ce derby francilien pourrait également se nommer Tatiana Coleman. L'attaquante franco-américaine (un père issu des States, une maman de l'Hexagone) est arrivé au printemps dernier à Juvisy. "Tati" a peaufiné sa formation d'abord aux Auburn Tigers, puis à l'UCF Knights d'Orlando. Un pedigree non négligeable.

Quand on lui demande la raison de sa venue dans le club de l'Essonne, Coleman répond sans détour : « Je savais que Juvisy était une bonne équipe, car elle était juste derrière celles de Lyon et Paris au classement. Ma maman s'est renseignée de son côté aussi et je me suis dit que ça valait le coup d'essayer. Si les entraînements et la façon de travailler étaient assez similaires à Juvisy et à Montpellier (qui la convoitait aussi), je crois que je me suis sentie plus à l'aise avec les filles ici, à Juvisy. Elles étaient vraiment à l'écoute, attentionnées et soucieuses de mon ressenti. C'est finalement comme ça que j'ai choisi. »

Une " Juv' " trop naïve

Même si le challenge s'annonce costaud, Juvisy tentera d'effacer la dernière prestation en championnat contre le PSG. En janvier dernier, les filles de Farid Benstiti avait fait voler en éclat (3-0) les ambitions d'une "Juv" trop naïve ce jour-là. Trop obnubilée par leur volonté de porter le danger dans le camp d'en face, les coéquipières d'Amélie Coquet s'étaient vite exposées aux contres. Kenza Dali, Fatmire Alushi et Caroline Seger, côté PSG, s'en étaient délectées.

Malgré ce souvenir confortable, les Parisiennes ne débarquent pas au stade Robert-Bobin en terrain conquis. Laure Boulleau a notamment le souvenir d'un match âprement disputé : "Contre Juvisy, ce n’est jamais facile, mais on avait su réaliser un très gros match." Aux Essonniennes de ne plus commettre, cette fois, les mêmes errements.

FCF Juvisy-Paris SG (D1 féminine), ce samedi 5 décembre 2015, en direct à partir de 20h50 sur France 4 et http://sport.francetvinfo.fr/football/replay/juvisy-paris-le-derby-francilien-de-la-d1-feminine-en-direct-310589

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers D1 féminine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.