Cet article date de plus de deux ans.

Portugal-Turquie : les Portugais se font peur mais éliminent la Turquie et rejoignent la finale des barrages de la Coupe du monde 2022

Après une belle frayeur en fin de rencontre face à la Turquie, les Portugais ont gagné (3-1) et devront valider leur ticket pour la prochaine Coupe du monde en début de semaine prochaine contre la Macédoine du Nord.

Article rédigé par Denis Ménétrier, franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Diogo Jota célèbre son but inscrit lors du match de barrage de la Coupe du monde entre le Portugal et la Turquie, le 24 mars (MIGUEL RIOPA / AFP)

Dans la douleur, le Portugal a fait la moitié du travail. Vainqueur de la Turquie jeudi 24 mars dans son Estadio do Dragao de Porto (3-1), la Seleçao a joué à se faire très peur et a vu l'ombre menaçante d'une prolongation incertaine se rapprocher quand Burak Yilmaz s'est avancé pour tirer un penalty à moins de dix minutes de la fin du match.

Alors que le Portugal menait de deux buts, l'attaquant du Losc avait déjà redonné espoir à la Turquie (65e) et pouvait relancer intégralement cette demi-finale des barrages. C'était avant qu'il ne manque complètement sa tentative (85e) et offre la qualification au Portugal.

Le stade du Dragon est donc passé par toutes les émotions, et pour espérer valider sa qualification pour la Coupe du monde en début de semaine prochaine en finale des barrages, la Seleçao devra maintenir un haut niveau de performance tout au long de la rencontre.

La bonne surprise Otavio

Car il y aura eu du très bon, comme en première période. Le sélectionneur Fernando Santos avait étonné son monde en titularisant l'inexpérimenté Otavio à la place de Joao Félix. Un choix payant, car le joueur du FC Porto, qui jouait à domicile ce soir, a été omniprésent dans cette rencontre. D'abord buteur en profitant d'un ballon qui traînait dans la surface (15e), Otavio a ensuite été passeur décisif pour le but de la tête de Diogo Jota (42e).

Mais aussi beaucoup de moins bien, quand la Turquie a insisté pendant dix minutes pour égaliser après le premier but portugais. Mais Diogo Costa est resté vigilant sur une frappe d'Orkun Kökcü (27e), quand Cengiz Ünder (21e), Berkan Kutlu (23e) et Yilmaz (25e) ont manqué de précision. Il y aura donc eu cette frayeur en fin de match, ce but de Yilmaz à la suite d'une passe lumineuse d'Ünder, puis ce penalty raté par le buteur du Losc qui rapproche le Portugal du Mondial.

Un adversaire inattendu en finale des barrages

Le stade du Dragon a poussé un grand ouf de soulagement en toute fin de rencontre quand Matheus Nunes a enfoncé le clou dans le temps additionnel (90+3e). Un troisième but qui a failli en précéder un quatrième, mais Cristiano Ronaldo, loin d'être à son meilleur niveau, a touché la barre transversale (90+5e) à la dernière seconde. Après de belles frayeurs face à des Turcs à géométrie variable, le Portugal devra se méfier de la Macédoine du Nord. 

Contre toute attente, l'Italie, championne d'Europe, a été éliminée par les Macédoniens (0-1). C'est donc face à cette sélection que le Portugal jouera sa qualification pour la prochaine Coupe du monde, mardi prochain. Fernando Santos et ses joueurs auront la chance de jouer à domicile, une nouvelle fois à l'Estadio do Dragao. Déjà ultra-favoris de ce match, ils chercheront à obtenir une douzième participation d'affilée à une grande compétition internationale. Le Portugal n'a plus raté la Coupe du monde depuis 1998. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.