Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo Un jour un joueur : Diego Godin, "l’albatros" uruguayen, ne fera aucun cadeau aux Bleus

Publié Mis à jour
Article rédigé par Bertrand Queneutte
Radio France

À 32 ans, l’infatigable et rugueux défenseur central de la Celeste, dont il est le capitaine, dispute actuellement sa troisième Coupe du monde. Les Français sont prévenus : l'Uruguayen ne leur fera aucun cadeau.

À l’Atletico Madrid comme avec l’Uruguay en sélection, Diego Godin est une pièce maîtresse. Infatigable et rugueux défenseur central de 32 ans, il est le capitaine de la Celeste et dispute actuellement sa troisième coupe du monde, après celle de 2010 où il avait atteint la demi-finale et celle de 2014 où sa formation s’était fait sortir en huitième de finale. Particularité, qui est aussi une force : Gimenez, son compère en défense central avec l’Uruguay, est aussi son partenaire à l’Atletico.

"L’albatros"

Surnommé "l’albatros", il naît à Rosario, petite ville de 10 000 habitants située au nord-est de Montevideo, la capitale de l’Uruguay. Et séparée de Buenos Aires, capitale de l’Argentine par l’estuaire du Rio de la Plata. Très vite, Diego Godin rejoint Montevideo où il joue notamment dans un petit club, l’Atlético Cerro avant d’être repéré par le Club Nacional de Football, l’un des plus prestigieux de tout le pays. Un club qui va permettre à celui qui n’a pas fait de centre de formation d’exploser et de rejoindre l’Europe : Valence puis l’Atlético Madrid depuis huit saisons.

Dur, précis, impressionnant

Diego Godin possède de nombreuses qualités : dur sur l’homme, précis dans la relance et impressionnant dans les airs. Le contact ne lui fait pas peur. La preuve, en février dernier, quand il se casse trois dents, lors d’un duel aérien avec le gardien de Valence en Liga. Les Français sont prévenus : celui que convoitent aujourd’hui la Juventus de Turin et Manchester United ne leur fera pas de cadeau. Pas même à Griezmann, son partenaire en club. Son ami même, puisqu’il est le parrain de la petite fille du "Frances".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.