VIDEO. Coupe du monde 2018 : une blague machiste de supporters brésiliens fait scandale

Dans une vidéo de quinze secondes, des hommes demandent à une jeune femme russe de scander avec eux "boceta rosa !" ("chatte rose" en portugais), en lui faisant croire qu'il s'agit d'un chant de supporters.

C'est un à-côté du Mondial dont on se serait bien passé. Une vidéo de supporters de la Seleçao entraînant une jeune femme russe à répéter des propos dégradants fait scandale au Brésil. On y voit une jeune femme blonde entourée d'un groupe de plusieurs hommes vêtus du maillot jaune de l'équipe brésilienne qui lui demandent de scander avec eux ce qu'ils disent être des chants de supporters. 

En fait, ils crient à tue-tête "boceta rosa !", ce qui veut dire "chatte rose" en portugais – des mots que la jeune femme répète sans les comprendre.

"Totalement honteux"

Au Brésil, l'un des dix pays au monde où sont recensées le plus de violences contre les femmes, la vidéo en question a été vivement condamnée par de nombreuses personnalités féminines. "Ce n'est pas drôle, c'est du machisme, de la misogynie et c'est honteux, totalement honteux", a affirmé sur Instagram la mannequin Fernanda Lima, qui a présenté le tirage au sort du Mondial 2014. "Quelle honte", a renchéri l'actrice de télénovelas Bruna Marquezine, petite amie de Neymar, la vedette de la Seleçao.

L'attitude des supporters n'a pas suscité de réactions aussi unanimes chez les hommes brésiliens. Un des supporters identifiés dans la vidéo est un policier de Santa Catarina, un État du sud du pays, et fera néanmoins l'objet d'un "processus disciplinaire", selon la presse brésilienne. 

L'incident a eu une telle répercussion que le ministère des Affaires étrangères brésilien a réagi, expliquant à l'Agence France-Presse avoir publié un "guide consulaire" avec des recommandations pour éviter tout débordement. "Ce guide recommande expressément d'éviter toute violence verbale, visuelle ou physique, particulièrement des actes insultants ou humiliants, précise le ministère. Toute accusation d'infraction à la législation russe fera l'objet d'une enquête de la part des autorités de ce pays."