Coupe du monde : Mario Götze est un "Dieu du football", selon la presse allemande

Au lendemain de la victoire de l'Allemagne face à l'Argentine en finale du Mondial (1-0), la presse germanique s'enflamme. 

Mario Götze pendant la finale de la Coupe du monde de football, à Rio de Janeiro (Brésil), dimanche 13 juillet 2014. 
Mario Götze pendant la finale de la Coupe du monde de football, à Rio de Janeiro (Brésil), dimanche 13 juillet 2014.  (OMAR MARTINEZ / MEXSPORT)

Une quatrième étoile va faire son apparition sur le maillot de la Mannschaft. L'Allemagne a remporté sa quatrième Coupe du monde de football au stade Maracana de Rio de Janeiro (Brésil), en battant l'Argentine (1-0), dimanche 13 juillet. A Berlin, devant la Porte de Brandebourg, au cœur de la capitale, plus de 250 000 personnes rassemblées devant des écrans géants ont laissé éclater leur joie.

Revivez les temps forts de la rencontre dans notre direct

Lundi matin, les médias allemands célèbrent la victoire, allant jusqu'à ériger Mario Götze, auteur du seul but de la rencontre (113e), en "Dieu du football"

Löw, un entraîneur encensé

"Cette fois, tu es là, enfin !", a titré Bild sur son site web, peu après le coup de sifflet final, image de la Coupe à l'appui. "Götze, Dieu du football", s'est aussi enflammé le quotidien le plus lu d'Allemagne. "Merci, Jogi [Löw] ! Merci les garçons! Vous nous avez rendus infiniment heureux. Nous nous inclinons devant l'entraîneur Jogi Löw. Ce titre est son chef d'oeuvre. Concentré, il conduit l'équipe à travers le tournoi. Il reste tranquille après les grandes victoires. Il garde son calme après les matches difficiles", a jugé le site du quotidien.

Pour l'édition en ligne du Frankfurter allgemeine Zeitung, Götze, est devenu "le libérateur". Il est notamment salué pour avoir offert à la Mannschaft le premier titre d'une équipe européenne en terre sud-américaine, a relevé le site, évoquant un trophée "largement mérité."

"En 2006 et 2010, cette formation était arrivée tout près du but, mais avait échoué en demi-finale. En 2014, l'équipe et son entraîneur étaient mûrs pour le titre", a commenté le quotidien, saluant "peut-être la meilleure génération [de joueurs] de l'histoire du football allemand".