Interpol a coordonné 15 000 interventions contre les jeux clandestins durant le Mondial de foot

Du 22 juin au 16 juillet, plus de 1,7 million de dollars en espèces ont été saisis, ainsi qu'un millier d'ordinateurs et de téléphones portables.

Le siège d\'Interpol à Lyon, le 19 octobre 2007.
Le siège d'Interpol à Lyon, le 19 octobre 2007. (FRED DUFOUR / AFP)

Près de 15 000 descentes de police on été menées dans des maisons de jeux clandestins en Asie et plusieurs centaines de personnes ont été interpellées durant la Coupe du monde de football 2018, a annoncé Interpol dans un communiqué, vendredi 17 août. Il s'agissait de la 7e édition de cette opération SOGA (acronyme pour "SOccer GAmbling", ou paris illégaux sur le football), dirigée par la Direction du crime organisé émergent d'Interpol. Elle visait des maisons de jeux en Chine (Hong-Kong et Macao compris), en Malaisie, en Thaïlande et à Singapour où a transité environ 1,6 milliard de dollars de paris clandestins, précise l'organisation de coopération policière basée à Lyon.

Du 22 juin au 16 juillet, plus de 1,7 million de dollars en espèces ont été saisis, ainsi qu'un millier d'ordinateurs et de téléphones portables. Ces objets sont en cours d'analyse pour les suites de l'enquête. Rien qu'à Hong-Kong, 242 personnes ont été interpellées et 16 à Macao, souligne l'organisation policière.

Une nouvelle pratique de paris clandestins en ligne

Selon le directeur du crime organisé émergent d'Interpol, l'opération SOGA VII a mis en évidence une nouvelle pratique de paris clandestins, où le parieur n'intervient plus en personne mais via des plateformes en ligne. Ces paris clandestins génèrent d'immenses profits pour les réseaux du crime organisé qui sont souvent liés à d'autres crimes graves.

Plus de 30 000 personnes ont été interpellées et 57 millions de dollars en espèces ont été saisis au cours des sept opérations SOGA. Plus de 3 700 maisons de jeux clandestins, dans lesquelles ont transité près de 8 milliards de dollars de paris, ont en outre été fermées.