Fan zones : des femmes dénoncent des agressions

Lendemain de fête qui déchante. Après la victoire française, plusieurs supportrices dénoncent des gestes déplacés et même des agressions sexuelles dont elles auraient été victimes dans les fan zones ou lors des célébrations. 

FRANCE 2

15 juillet, coup de sifflet final, la France explose de joie : les Bleus sont champions du monde. Une soirée marquée par la fête, mais aussi par des débordements. Pendant le match France-Croatie, Alice était à Nantes (Loire-Atlantique) dans la fan zone lorsqu'elle a été agressée. "J'étais en train de regarder le match avec des amis tranquillement quand un homme par-derrière a sorti son pénis et s'est frotté contre ma cuisse avec insistance", raconte la jeune femme. Elle s'adresse alors à des policiers présents sur la fan zone en surveillance : "Les policiers m'ont dit qu'ils étaient là uniquement pour les actes terroristes", poursuit-elle. Découragée, elle a décidé de ne pas porter plainte.

Le lancement du hashtag MeTooFoot

Attouchements, agressions sexuelles dans la foule des fan zones, sur internet, depuis la finale, des dizaines de témoignages de femmes derrière ce mot clef : #MeTooFoot. À Paris, le préfet de police condamne ces agressions et incite les femmes à porter plainte.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'Australie est le premier pays à lancer une enquête nationale indépendante sur le harcèlement sexuel au travail, le 20 juin 2018.
L'Australie est le premier pays à lancer une enquête nationale indépendante sur le harcèlement sexuel au travail, le 20 juin 2018. (SERAFICUS / E+ / GETTY)