Histoire : l'étonnante saga du confetti

Il est de toutes les fêtes, de tous les sacres, roi du carnaval, dieu du stade... Le confetti possède une histoire que beaucoup de Français ignorent, alors que l'on souhaite à l'équipe de France de connaitre un grand bonheur en finale de la Coupe du monde dimanche 15 juillet.

France 3

Ces petites pastilles de papier auraient le pouvoir de nous rendre légers, comme en apesanteur, et accompagnent chaque sacre d'une avalanche d'émotions : les confettis. Jean-Paul Challancin confectionne des confettis en papier de soie, quatre fois plus légers qu'en papier classique. Jusqu'à il y a dix jours, il a espéré être contacté pour faire partie de la fête en Russie, pour voir ses confettis voler au-dessus des vainqueurs, comme lors des JO de Turin, de Sotchi, ou lors du mariage de Kate Middleton. En vain.

La dragée, son ancêtre

Longtemps réservé aux carnavals, le projectile n'a pas toujours été aussi inoffensif : au départ, le confetti est un bonbon, une dragée. Comme l'explique Basile Pachkoff, historien du carnaval de Paris, "Au carnaval on jetait des dragées, et c'était les premiers confettis. Ca vient du mot 'confetto', qui veut dire confis." Seulement, des petits malins se sont amusés à remplacer les dragées par des bonbons guère comestibles. Alors le confetti s'est fait en plâtre. L'avènement du papier dans le monde du confetti, on le doit à de drôles de bêtes : les vers à soie. Pour les élever en Italie, on utilisait du papier perforé sur lequel on installait leur litière. Les copeaux de papier restant allaient devenir nos actuels confettis. En France, l'invasion commença au Casino de Paris dès 1891.

Le JT
Les autres sujets du JT
Brahim Asloum remporte le combat face à Juan-Carlos Reveco le 8 décembre 2007 à Le Cannet (Alpes-Maritimes) lors du Championnat du monde WBA des mi-mouche.
Brahim Asloum remporte le combat face à Juan-Carlos Reveco le 8 décembre 2007 à Le Cannet (Alpes-Maritimes) lors du Championnat du monde WBA des mi-mouche. (VALERY HACHE / AFP)