Cet article date de plus de trois ans.

Après la victoire de la France en finale de la Coupe du monde, le monde amateur espère que la FFF "fera les gestes qui s'imposent"

Le délégué général de l'Association française du football amateur en charge des relations et de l’information des clubs, Joël Abela, explique attendre une augmentation des licenciés de l'ordre de 10%, comme ce fut le cas en 1998.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des joueurs amateurs. (SEBASTIEN JARRY / MAXPPP)

Le football français va toucher le pactole après la victoire des Bleus en finale de la Coupe du monde. La Fifa va verser 32,5 millions d'euros à la Fédération française de football. Désormais, il faut que la FFF pense aux "difficultés" du football amateur et fasse "les gestes qui s'imposent", notamment financiers, espère Joël Abela, délégué général de l'Association française du football amateur (Affa) en charge des relations et de l’information des clubs, lundi 16 juillet sur franceinfo.

On attend dès septembre une augmentation de nos licenciés qu'on évalue à l'heure actuelle à 10%. C'est à peu près ce que nous avons connu en 1998.

Joël Abela

L'augmentation du nombre de licenciés "va nécessiter des moyens financiers, des moyens matériels supplémentaires et également humains", explique Joël Abela. "Ce n'est pas tout de recevoir des gamins dans les clubs. Il faut aussi de l'encadrement, des dirigeants et des éducateurs, précise-t-il. Nous espérons que notre président à la tête du Comité exécutif de la Fédération française de football, Noël Le Graët, pensera à ces difficultés que vont rencontrer encore un peu plus nos clubs amateurs et fera les gestes qui s'imposent."

Ne pas être oublié

"C'est la victoire de tout le football français et j'espère qu'on ne va pas oublier quand on dit tout le football français, le football amateur qui en a bien besoin", souhaite Joël Abela.

Pour le délégué général de l'Affa, cette victoire, s'explique aussi par l'action au quotidien des petits clubs. "Ce travail, bien que j'adresse toutes les louanges possibles et inimaginables à notre sélectionneur national, n'est pas le fruit seul de son travail, c'est également le travail de fond qui depuis des années mènent nos éducateurs dans nos petits clubs au fin fond des territoires ruraux et de notre métropole", souligne-t-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Finale France-Croatie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.