Équipe de France : Pavard, le héros de Jeumont

Après sa prestation contre l'Argentine en huitièmes de finale du Mondial, marquée par un superbe but, Benjamin Pavard fait la fierté de Jeumont (Nord), sa ville d'origine.

France 3

"Tous derrière Benjamin Pavard, allez les Bleus". La banderole, accrochée entre deux immeubles à l'entrée de la ville de Jeumont (Nord) annonce la couleur. Ici, toute la ville soutient le petit gars du coin, devenu à 22 ans l'arrière droit titulaire de l'équipe de France, et auteur d'un but splendide contre l'Argentine en huitièmes de finale du Mondial (4-3).

"Ça permet à toute une ville de bomber le torse (...). Au niveau international, il y a un regard qui est porté sur un jeune français inconnu qui vient de Jeumont, et qui montre à tous les gamins de France que l'on peut réussir", se réjouit Benjamin Sainte-Huile, le maire de cette commune de 10 000 habitants.

"Il montre à tous les gamins de France que l'on peut réussir"

Son ancien entraîneur en 2004, Sullivan Skiba, se souvient d'un joueur déjà très doué. "Il a toujours été au-dessus du lot, dès qu'on lui apprenait un nouvel exercice, il le réussissait dès la première fois". "Il était aussi toujours premier au cross, ajoute Jaouad Daamar, l'un de ses anciens coéquipiers. Quand il revient ici, il fait toujours ses petits footings".

De ses débuts à l'US Jeumont jusqu'à son transfert dans son club actuel de Stuttgart (Allemagne), toute la carrière du défenseur de l'Equipe de France est résumée dans l'album photo de son père Frédéric, qui se souvient aussi des moments difficiles vécus par son fils. "À Lille (Nord), il avait failli lâcher. Il y a une période où ça ne se passait pas super bien. Mais il a réussi à rebondir. Ce qu'il arrive à faire maintenant, ça me surprend."

Le JT
Les autres sujets du JT
Le défenseur de l\'équipe de France Benjamin Pavard arrive à la conférence de presse des Bleus le 18 juin 2018 à Istra (Russie).
Le défenseur de l'équipe de France Benjamin Pavard arrive à la conférence de presse des Bleus le 18 juin 2018 à Istra (Russie). (FRANCK FIFE / AFP)