Cet article date de plus de sept ans.

Coupe du monde : le cerveau présumé du trafic illégal de billets est en fuite

Ce Britannique, directeur d'une société prestataire de la Fifa, est accusé de faire partie d'un réseau international de revente illégale de billets du Mondial.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Ray Whelan (G), le directeur de Match Services, une compagnie prestataire de la Fifa basée en Suisse, le 7 juillet 2014 à Rio (Brésil), lors de son arrestation dans une enquête sur un réseau international de revente illégale de billets pour la Coupe du monde. ( REUTERS)

Ray Whelan est en fuite. La justice brésilienne considère comme "fugitif" ce Britannique de 64 ans. Directeur de Match Services, une compagnie prestataire de la Fifa basée en Suisse, il est accusé de faire partie d'un réseau international de revente illégale de billets et de forfaits pour la Coupe du monde.

Douze suspects ont été mis en examen pour association de malfaiteurs, revente au marché noir, corruption active, blanchiment d'argent et fraude fiscale. Et, pour onze d'entre eux, la justice de Rio a demandé de la "prison préventive", jeudi 10 juillet. Dix suspects sont déjà derrière les barreaux dans l'ouest de Rio. Mais pas Ray Whelan.

Ray Whelan a quitté son hôtel

La police est arrivée jeudi au Copacabana Palace pour l'arrêter, mais l'homme s'était volatilisé. "Il est sorti par la porte de service. On l'a vu sur les caméras. Il est considéré comme fugitif", a déclaré le commissaire chargé de l'enquête. 

Le Britannique avait été arrêté lundi au Copacabana Palace et relâché le lendemain grâce au paiement d'une caution de 5 000 reais (2 500 dollars). Son passeport et son accréditation au Mondial ont été confisqués par la police. Match Services, dont le siège est à Zurich, a accusé mercredi la police brésilienne d'avoir arrêté "illégalement" Ray Whelan, affirmant qu'il était innocent.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Coupe du monde de football

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.