Cet article date de plus de sept ans.

Coupe du monde : de l'Allemagne ou de l'Argentine, qui va l'emporter en finale ?

Francetv info se prête au jeu des pronostics, avant la finale entre la Mannschaft et l'Albiceleste, dimanche 13 juillet, à Rio de Janeiro (Brésil).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
L'Allemand Thomas Müller et l'Argentin Lionel Messi vont s'affronter en finale de la Coupe du monde. ( AFP )

L'Allemagne affronte l'Argentine en finale de la Coupe du monde, dimanche 13 juillet, à Rio de Janeiro (Brésil). Alors que la Mannschaft a frappé fort contre le Brésil (7-1), l'Argentine a validé son billet sur la pointe des pieds, au bout d'une séance de tirs au but face aux Pays-Bas (0-0, 4-2 tab). Avant ce grand classique du genre, francetv info se plie au jeu des pronostics et se mouille sur le score.

Dans le jeu : avantage à l'Allemagne

"Le Brésil a Neymar. L'Argentine a Messi. Le Portugal a Ronaldo. L'Allemagne a une équipe !" Voici le nouvel adage en vogue depuis l'humiliation infligée par la Mannschaft au Brésil (7-1). Comment lui donner tort ? "C'est l'une des meilleures équipes dans laquelle j'ai joué", reconnaît le défenseur allemand Per Mertesacker, sans fausse modestie. "Notre milieu de terrain a toujours été très dominateur dans cette Coupe du monde", ajoute l'entraîneur Joachim Löw, en référence au trio composé par Toni Kroos, Sami Khedira et Bastian Schweinsteiger. Et l'Allemagne dispose d'une excellente profondeur de banc. A peine entré contre le Brésil, André Schürrle a trouvé le moyen d'inscrire un doublé.

Les Argentins, eux, sont en panne sèche de créativité, à cause d'une animation offensive trop dépendante des performances de Lionel Messi. C'est d'autant plus embêtant que le quadruple Ballon d'or risque d'être à nouveau privé d'Angel Di Maria, son bras droit sur le terrain. Petite consolation, toutefois, la défense n'a plus encaissé de but depuis 350 minutes. Qui l'eut cru ? Ce secteur de jeu est devenu l'atout-clé de l'Albiceleste.

Dans les gradins : avantage à l'Argentine

En finale, le même nombre de places est attribué aux deux fédérations. Voilà pour la théorie, car les Argentins composent la plus importante délégation de supporters au Brésil, pays voisin et rival. Parmi les dizaines de milliers de supporters, certains ont même élu domicile sur la plage de Copacabana. La plupart n'ont pas de place et sont prêts à débourser des sommes folles pour assister au match : jusqu'à 2 500 euros pour la demi-finale, une somme qualifiée d'"excessive" par l'entraîneur lui-même. Avant le match contre l'Allemagne, les enchères atteignent 20 000 dollars (14 600 euros) sur des sites de revente, rapporte la chaîne CNN (en anglais). Cette pratique, d'ailleurs, est totalement illégale au Brésil.

Dans les confrontations en finale : égalité

C'est la troisième fois que les deux équipes s'affrontent en finale. Pour le moment, les deux effectifs n'ont pas réussi à se départager. En 1986, Maradona a offert le titre à l'Albiceleste, face à la RFA (3-2), avant que l'Allemagne ne prenne sa revanche quatre ans plus tard, autour de l'attaquant Jürgen Klinsmann. Au moment de jouer la belle, la presse se réjouit donc. "C'est parfait", commente le site de l'hebdomadaire Kicker.

Depuis le titre de 1986, l'Argentine n'a plus jamais battu l'Allemagne en Coupe du monde. La Mannschaft l'a éliminée en quart de finale en 2006 (1-1 a.p., 4-2 tab) et en 2010 (4-0). Et l'Allemagne s'est montré bien plus régulière dans les dernières compétitions. C'est la seule équipe du monde à avoir enchaîné quatre demi-finales. A l'inverse, l'Argentine n'en avait plus disputé depuis 24 ans avant d'affronter les Pays-Bas.

Dans l'état de forme : égalité

L'Argentine a encore joué les prolongations. "On doit d'abord se reposer et nous verrons ce qui se passera dimanche prochain. Il ne faut pas oublier que nous avons joué deux prolongations et eux une seule", a commenté Alejandro Sabella. Mais dans les faits, cela ne change pas grand-chose. "En principe, les joueurs de haut niveau peuvent revenir à pratiquement 100% de leurs capacités au bout de trois jours", précise Emmanuel Desgeorges, préparateur physique du FC Metz, sur francetv info. D'ailleurs, face aux Pays-Bas, Lionel Messi et Javier Mascherano ont semblé en excellente condition physique, y compris à la fin du temps réglementaire. Dans le jeu, en revanche...

Chez les bookmakers et Microsoft : avantage à l'Allemagne

Les sites de paris en ligne donnent un net avantage à l'Allemagne. La cote de la Mannschaft est évaluée entre 1,05 et 1,375, ce qui signifie que les coéquipiers de Thomas Müller sont donnés largement favoris. A l'inverse, l'Albiceleste peine à convaincre les parieurs, puisque sa cote est cantonnée entre 2 et 2,5. En résumé, quelque 70,2% choisissent l'Allemagne, 21,5% préfèrent l'Argentine et 8,3% misent sur un nul, selon ce comparateur. Enfin, Cortana, l'assistant virtuel de Microsoft, prédit la victoire de l'Allemagne après avoir eu tout bon lors des demi-finales. Mais le programme précise tout de même : "Vous ne pouvez jamais savoir ce qui peut se produire dans ce sport magnifique..."

Verdict ? Victoire 2-0 pour l'Allemagne

"Nous sommes venus ici pour être champions du monde", a déclaré Toni Kroos après la victoire contre le Brésil. Malgré sa relative lourdeur en défense, la mécanique allemande semble difficile à enrayer, car le danger vient de partout : au total, sept joueurs ont marqué depuis le début de la compétition. La clé du match réside dans la capacité de la défense argentine à subir les assauts de Thomas Müller et consorts, ainsi que dans le duel de milieu de terrain entre Bastian Schweinsteiger et Javier Mascherano. Pour toute réclamation sur le score, veuillez utiliser l'outil des commentaires. Bon match.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Coupe du monde de football

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.