Coupe du monde 2018 : la fierté des parents de Benjamin Pavard, l'étoile montante des Bleus

Le joueur originaire de Maubeuge (Nord) débutera le premier match du Mondial des Bleus samedi face à l'Australie. Un match que suivront ses parents devant le petit écran.

Le défenseur de l\'équipe de France Benjamin Pavard, le 23 mai 2018 à Clairefontaine-en-Yvelines.
Le défenseur de l'équipe de France Benjamin Pavard, le 23 mai 2018 à Clairefontaine-en-Yvelines. (FRANCK FIFE / AFP)

Inconnu du grand public avant l’hiver, le discret défenseur des Bleus Benjamin Pavard pourrait bien devenir une sorte de "mascotte tricolore" en Russie. Il sera sur le terrain samedi 16 juin pour l'entrée des Bleus en Coupe du monde, face à l'Australie. Le joueur originaire de Maubeuge (Nord) a été adopté instantanément par les supporters français qui le trouvent charmant et discret. 

Ce capital sympathie bouleverse Frederic et Nathalie Pavard, les parents de Benjamin. Le couple, qui était en vacances dans le sud de la France, a roulé toute la nuit du 15 au 16 juin en voiture, pour être à la maison à temps et pour regarder le match entre la France et l’Australie : "On est tellement content, on est excité, c’est extraordinaire", raconte Frédéric Pavard.

J’imagine que c’est beaucoup de pression pour lui, mais il ne le laisse pas paraître, c’est le principal. C’est lui qui le vit. Je pense qu’il arrive à intérioriser, je ne sais pas comment il fait !Frédéric Pavardà franceinfo

Frédéric et Nathalie Pavard ont tous les jours des nouvelles de leur fils, depuis la Russie, sur l'application Facetime ou Snapchat : "Je lui pose simplement des questions banales comme ‘Tu es bien installé ? Tu as bien mangé ?’", raconte Nathalie. "Comme il est sans cesse enfermé dans ce monde du football, je veux qu’il pense à autre chose."

Le public charmé par ses bouclettes d’adolescent

Ce défenseur de 22 ans a su charmer le public avec ses petites bouclettes d’adolescent : "C’est vrai qu’il est différent des autres", affirme sa maman. "Je lui dis souvent ‘Mais coupe tes cheveux plus courts’, il me répond ‘Mais non je ne les aime pas trop courts mes cheveux, je les laisse comme ça !’. C’est le principal. Je lui dis ‘Tant que tu ne les rases pas, que tu ne les colores pas ou quoi que ce soit, c’est bien. Faut rester simple comme tu es, c’est ta personnalité.’ Il nous écoute beaucoup." 

Les parents de Benjamin Pavard sont des soutiens de la première heure : "Je vais lui envoyer un message, comme d’habitude, en lui disant ‘Fais le maximum, à partir de là tu n’auras rien à te reprocher", raconte le papa. "Tu as des qualités pour, ne te pose pas de questions."

Benjamin Pavard durant l\'entrainement au stade d\'Istra (Russie), le 12 juin 2018.
Benjamin Pavard durant l'entrainement au stade d'Istra (Russie), le 12 juin 2018. (FRANCK FIFE / AFP)

Le match à la maison

Ils vont savourer le premier match de la France "tous les deux, dans notre maison, notre petit univers. Là où Benjamin a vécu avec nous". Dans un rire, Nathalie raconte : "Moi j’ai tendance à parler, mais mon mari me dit ‘Chut, tais-toi, regarde le match !’. S’ils jouent une action, je m'exclame : ‘Ouais c’est bon, regarde ils vont marquer un but !’, et il me dit ‘Mais tais-toi, tu vas porter la poisse, attends la fin !’."

Ça me fait toujours une drôle d’impression. J’ai la gorge qui se resserre, le cœur qui bat, en même temps un stress parce que je me dis ‘s’il fait une erreur, il perdra sa place, et on le remplacera’.Nathalie Pavardà franceinfo

Ils en sont les premiers surpris : en six mois à peine, "leur" benjamin est devenu un joueur clef de l’échiquier de Didier Deschamps.

L'émotion des parents de Benjamin Pavard - le reportage de Cécilia Arbona
--'--
--'--