VIDEO. Coupe du monde : "Le foot féminin dépend de vous pour survivre", lance Marta à la relève, après l'élimination du Brésil face à la France

"Formiga n'est pas éternelle, Marta non plus, Cristiane non plus", a insisté l'attaquante brésilienne dans un discours émouvant, dimanche soir.

L\'attaquante brésilienne Marta, lors du huitième de finale France-Brésil, au stade Océane du Havre, le 23 juin 2019.
L'attaquante brésilienne Marta, lors du huitième de finale France-Brésil, au stade Océane du Havre, le 23 juin 2019. (LOIC VENANCE / AFP)

"Pleurer d'abord pour sourire à la fin !" Star du football mondial, idole dans son pays, l'attaquante brésilienne Marta a peut-être disputé sa dernière Coupe du monde. Après la défaite du Brésil contre la France (2-1) en huitième de finale, dimanche 23 juin, Marta s'est livrée à un discours poignant sur la nécessité de valoriser sa discipline et d'assurer la relève du foot féminin au Brésil et ailleurs. "Formiga n'est pas éternelle, Marta non plus, Cristiane non plus. Le foot féminin dépend de vous pour survivre", a-t-elle lancé, les yeux embués. 

"On sourit aujourd'hui et je crois que c'est primordial, il faut pleurer au début pour sourire à la fin. Il faut en vouloir plus, s'entraîner plus, être prête à jouer 90 minutes, plus 30 minutes [de prolongation] et toutes les minutes nécessaires. C'est ce que je demande aux filles. Formiga n'est pas éternelle, Marta non plus, Cristiane non plus. Le foot féminin dépend de vous pour survivre. Pensez à ça, savourez. Pleurez au début pour sourire à la fin."

On sourit aujourd'hui et je crois que c'est primordial, il faut pleurer au début pour sourire à la fin. Il faut en vouloir plus, s'entraîner plus, être prête à jouer 90 minutes, plus 30 minutes et toutes les minutes nécessaires. C'est ce que je demande aux filles.Marta

Au sujet de cette Coupe du monde, Marta a déclaré y voir "un moment spécial" dont "il faut profiter". "Je dis ça dans le sens où il faut apprécier ce résultat à sa juste valeur", a-t-elle expliqué. "On réclame du soutien, mais il faut savourer et valoriser ce qu'on a fait", a-t-elle poursuivi.