Fifa : Michel Platini, un "président idéal" qui a aussi ses casseroles

Le patron de l'UEFA est le favori des bookmakers et des Français pour succéder à Sepp Blatter. Mais l'ex-meneur de jeu des Bleus est-il si différent de l'ancien patron honni de la Fifa ? Francetv info vous propose un quiz pour y voir clair.

Les présidents respectifs de la Fifa et de l\'UEFA, Sepp Blatter (à gauche) et Michel Platini, au congrès de la Fifa à Zurich (Suisse), le 29 mai 2015.
Les présidents respectifs de la Fifa et de l'UEFA, Sepp Blatter (à gauche) et Michel Platini, au congrès de la Fifa à Zurich (Suisse), le 29 mai 2015. (ARND WIEGMANN / REUTERS)

Après le diable Blatter, le saint Platini ? Les dirigeants du football français ont réaffirmé, mercredi 3 juin, leur souhait de voir Michel Platini se présenter à la présidence de la Fifa, au lendemain de l'annonce de la démission de Sepp Blatter. C'est "le meilleur", selon le président de la Fédération française de Football (FFF), Noël Le Graët. "Michel serait le président idéal pour la Fifa", abonde le chef de la Ligue de football professionnel (LFP), Frédéric Thiriez. Même les ministres s'y mettent, Laurent Fabius saluant un "homme de grande qualité"L'ancien meneur de jeu des Bleus est également le favori des bookmakers, à en croire Business Insider (en anglais).

Mais Michel Platini est-il si différent de Sepp Blatter ? Eléments de réponse avec ce quiz pas franchement objectif.

1J'ai misé sur le populisme et les petits pays

a) Platini ? b) Blatter ? c) Les deux ?

Réponse : les deux. Michel Platini, ancien capitaine de l'équipe de France, s'est fait élire, en 2007, à la tête de l'UEFA. Il a fait campagne en militant contre la qualification en Ligue des champions de quatre clubs pour les championnats anglais, espagnols et italiens, afin de privilégier les autres pays, soulignait alors le site du Guardian (en anglais). Cette stratégie lui a valu "le soutien de petites nations, particulièrement les nouveaux membres d'Europe de l'Est issus de l'éclatement de l'URSS", assure le quotidien britannique. Et tant pis si sa réforme n'a pas eu autant d'impact sur la compétition que ce qu'il avait promis.

Quant à Sepp Blatter, il a vite compris l'intérêt de récolter les voix des petits pays, pour bénéficier du principe de base à la Fifa "un pays = une voix". L'Afrique est la principale délégation, avec 54 voix, et l'une des destinations favorites du Suisse. Il y est reçu par les chefs de gouvernement, notamment à Maurice. Avant l'élection de vendredi, le président de la fédération guinéenne affirmait que voter contre Sepp Blatter serait "un blasphème" et assurait que "l'Afrique votera pour M. Blatter".

2J'ai voté pour que le Qatar obtienne la Coupe du monde en 2022

a) Platini ? b) Blatter ? c) Les deux ?

Réponse : Michel Platini. Parmi les pays candidats à l'organisation du Mondial 2022 (Australie, Corée du Sud, Etats-Unis, Japon, Qatar), Michel Platini a opté pour le dossier de l'émirat, rappelle le site de L'Equipe. "Ce n'était pas une erreur", assure le Lorrain, tout en affirmant qu'il faudra revoter en cas de "preuves de corruption". Platini traîne cependant une anecdote embarrassante : son déjeuner à l'Elysée, à quelques jours du vote, en compagnie de Nicolas Sarkozy, mais aussi de l'émir du Qatar, et d'un représentant de Colony Capital, alors propriétaire du PSG.

Sepp Blatter y avait fait allusion, en mai 2014, en pointant du doigt "la poussée politique aussi bien en France qu'en Allemagne" qui a entraîné, selon lui, l'attribution du Mondial au Qatar. Un choix qui a été "une erreur, bien sûr", avait-il estimé en public. Le président de la Fifa a, lui, voté pour les Etats-Unis, selon le site du Guardian (en anglais).

3Mon fils travaille avec le Qatar

a) Platini ? b) Blatter ? c) Les deux ?

Réponse : Michel Platini. Laurent Platini est à la tête de la société Pilatus Sport Management, qui détient l'équipementier qatari Burrda Sport, selon le site de La Dernière Heure. Et à qui appartient Pilatus ? A Qatar Sports Investment (QSI), le fonds d'investissement qatari qui a racheté le PSG et lancé la chaîne BeIn Sport. Laurent Platini est d'ailleurs entré chez QSI en tant que juriste en 2012, "soit un an après le vote de son père en faveur de Qatar 2022", note le livre Président Platini. Le président de l'UEFA "a toujours dit que le rôle de son fils était déconnecté de son vote", précise le site du Telegraph (en anglais).

4J'enchaîne les mandats et me fait élire par acclamation

a) Platini ? b) Blatter ? c) Les deux ?

Réponse : les deux. Michel Platini ne lâche pas son poste facilement. Le Français a été réélu en mars pour un troisième mandat de quatre ans à la tête de l'UEFA. S'il va au bout de son mandat en 2019, il connaîtra le deuxième plus long règne d'un président de l'institution. Mais on reste loin de Sepp Blatter, qui tient la Fifa depuis 1998 et avait, jusqu'à mardi, bien l'intention d'effectuer un cinquième mandat.

La Fifa a souvent été critiquée pour son manque de démocratie. En 2007, Sepp Blatter est réélu sans vote, faute de candidats. Une élection saluée par une standing ovation, dont la Fifa se félicite ouvertement sur son site à l'époque. En 2011, toujours seul en lice, le Suisse demande une élection, pour la forme. Mais Michel Platini parvient, lui aussi, à faire l'unanimité au point de ne pas avoir à se soumettre au vote : il a lui été réélu deux fois par acclamation, en 2011, puis en mars dernier.

5Je sais jouer de mes relations et attendre mon heure

a) Platini ? b) Blatter ? c) Les deux ?

Réponse : les deux. Aujourd'hui ouvertement opposé à Sepp Blatter, Michel Platini est tout aussi prompt que le Suisse à jouer le jeu des alliances. Le livre Président Platini raconte qu'en janvier 1998, l'ancien Bleu révèle déjà son ambition de briguer la présidence de la Fifa, lors d'une partie de golf avec quelques pontes du football à Singapour. Une confidence qu'il glisse à l'oreille d'un certain Sepp Blatter, qui n'est alors que le numéro deux de l'instance. Le Suisse, qui vise le poste depuis longtemps, le recadre : "Je veux devenir président de la Fifa et je veux que tu sois ma conscience footballistique."

Platini se rangera sagement derrière Sepp Blatter, qui sera élu quelques mois plus tard. Une décision qu'il n'aura pas à regretter, à en croire un connaisseur des rouages de la Fifa, interrogé dans Président Platini : "Il a compris les mécanismes. (...) Il a compris de quelle manière il pouvait être aidé dans ses manœuvres."