Thomas Tuchel, 100 jours de grâce à la tête des Blues

Nommé à Chelsea un mois après son limogeage du Paris Saint-Germain, Thomas Tuchel a remis les Blues à l’endroit.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Qualifié pour la finale de la Ligue des champions, Thomas Tuchel a redoré le blason de Chelsea quelques mois. (GLYN KIRK / AFP)

En politique, l’état de grâce dure 100 jours après une élection. Celui de Thomas Tuchel pourrait se prolonger bien au-delà de ce seuil fatidique. Depuis le début de son mandat londonien, l'Allemand a fait des Blues une machine à gagner. Remis en selle en Premier League et qualifié pour la finale de la Coupe d’Angleterre, Chelsea s’est hissé, mercredi 5 mai, en finale de la Ligue des champions. Retour sur une saison pleine de surprises pour l'Allemand.

Débarqué du PSG deux jours avant Noël, Thomas Tuchel n’a pas ruminé longtemps sa bûche parisienne. Le 26 janvier 2021, le technicien allemand était nommé entraîneur de Chelsea en remplacement de Frank Lampard. L’ancien milieu des Blues payait une piteuse neuvième place en championnat malgré un recrutement estival à plus de 200 millions d’euros.

100 jours pour oublier Paris

Près de 100 jours plus tard, le redressement est spectaculaire. Chelsea est quatrième en championnat et jouera une finale de Cup contre Leicester. Sous la houlette de l’Allemand, le club londonien s’est mué en forteresse et en candidat crédible à un deuxième sacre en C1. En 24 matchs depuis son arrivée aux manettes de Chelsea, son équipe n'a encaissé aucun but à 18 reprises. 

Pour Tuchel, l’exploit est majuscule et inédit. Moins d’un an après sa finale perdue avec le PSG contre le Bayern Munich (1-0), le revoilà à une marche du sommet de l’Europe sur le banc d’un autre club, ce qu'aucun entraîneur n'avait fait avant lui dans l'histoire. "J’ai la chance qu’on me donne la possibilité de travailler avec des équipes fortes pour arriver en finale. Je suis très reconnaissant", a commenté Tuchel après la qualification aux dépens du Real Madrid. Il n’a pas fallu longtemps à l’ancien entraîneur parisien pour mettre sa patte sur les Blues. Son organisation défensive est sans faille et permet à la jeunesse de son effectif de jouer sur le registre de l’imprévisibilité pour déstabiliser les défenses bien rôdées.

À Chelsea, finie la politique

"L’équipe est très jeune. Parfois on fait des erreurs", reconnaît le défenseur Thiago Silva, que Tuchel a retrouvé en Angleterre. "Il a apporté de la sérénité et du jeu. Il nous donne confiance." Outre-Manche, l’Allemand a aussi retrouvé les plaisirs du terrain sans être pollué par la politique et les guerres intestines vécues au PSG. Concentré sur les seuls aspects techniques de son métier, Tuchel revit. "Ici, la culture est différente", explique-t-il dans une référence à peine voilée à ses années parisiennes. "Chelsea est un grand, concentré uniquement sur la victoire." Il lui reste à gravir le dernier échelon continental face au Manchester City de Pep Guardiola pour faire un dernier pied de nez aux dirigeants parisiens. La dernière confrontation entre les deux équipes en demi-finale de Cup avait souri aux Londoniens (1-0). Le bleu ciel n’est pas une limite.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.