Ligue 1 : pas d'autre huis clos à Saint-Étienne, une tribune fermée trois matchs

La commission de discipline de la Ligue de football professionnel a décidé mercredi d'infliger un huis clos partiel à l'AS Saint-Étienne pendant trois matchs, après l'interruption de la rencontre face à l'AS Monaco le 23 avril dernier.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le stade Geoffroy-Guichard lors du match entre Saint-Etienne et Monaco, le 23 avril (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

Le huis clos total qui frappait Geoffroy-Guichard, le stade de Saint-Étienne, a été levé par la commission de discipline de la Ligue de football professionnel. La LFP a par ailleurs ordonné, mercredi 18 mai, la fermeture d'une seule tribune pour trois matchs, pour jets de fumigènes lors de la défaite de l'ASSE contre Monaco (1-4) le 23 avril dernier.

S'ils terminent 18es de Ligue 1, les Verts – 19es avant la 38e et dernière journée qui aura lieu samedi 21 mai – ne joueront pas leur éventuel match de barrage retour de promotion-relégation, contre Auxerre ou Sochaux, dans un stade vide, le 29 mai. Le Kop Sud, la tribune Jean-Snella, celle du groupe ultra des Greens Angels, sera en revanche fermée trois matchs.

Un huis clos total conservatoire avait été décidé au lendemain de cette rencontre, longuement interrompu en raison de jets de fumigènes. La mesure conservatoire a donc été levée et le huis clos purgé contre Reims, match que les Verts ont joué, et perdu (2-1), dans un désert, samedi. Un résultat qui les a fait descendre à la 19e place, synonyme à l'heure actuelle de relégation directe.

Reims puni après l'affaire de la croix celtique

Saint-Étienne-Monaco, comptant pour la 34e journée de L1, avait été interrompu à deux reprises, la seconde fois pendant plus d'une demi-heure, alors que certains ultras stéphanois faisaient usage de fumigènes et de feux d'artifices pour fêter les 30 ans des Green Angels.

La commission de discipline de la LFP a également décidé de la fermeture du secteur visiteur des supporters de Reims pour deux matchs avec sursis après le déploiement d'un "drapeau à connotation raciste dans l'espace visiteur rémois", une croix celtique, un symbole souvent arboré par l'extrême droite.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers AS Saint-Etienne

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.