Affaire de la sextape de Mathieu Valbuena : le renvoi de Karim Benzema en justice est une "décision absolument illogique", dénonce son avocat

Sylvain Cormier dénonce un "acharnement", après avoir appris que son client, l'international français Karim Benzema, est renvoyé en correctionnelle dans l'affaire du chantage à la sextape de Mathieu Valbuena.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le footballeur Karim Benzema, sous les couleurs du Real Madrid, lors d'un match de Ligue des champions contre Bruges, le 1er octobre 2019. (OSCAR DEL POZO / AFP)

Le renvoi de Karim Benzema devant le tribunal correctionnel dans l'affaire de la sextape de Mathieu Valbuena est une "décision absolument illogique", a dénoncé sur franceinfo son avocat Sylvain Cormier, jeudi 7 janvier. Le parquet de Versailles renvoie en correctionnelle l'attaquant du Real Madrid pour "complicité de tentative de chantage" dans cette affaire qui remonte à 2015.

"Je suis consterné, il s'agit d'une décision absolument illogique, absurde", dénonce maître Sylvain Cormier. "En même temps, je ne suis pas surpris, parce que c'est comme ça depuis le début de cette affaire. Le juge d'instruction, pour le renvoyer, est obligé d'écrire noir sur blanc que mon client a incité à payer, ce qui est parfaitement faux, Mathieu Valbuena l'a établi lui-même, l'a confirmé", affirme l'avocat.

"On renvoie mon client devant le tribunal correctionnel en déformant les faits constatés dans cette enquête."

Sylvain Cormier

à franceinfo

Sylvain Cormier estime qu'il s'agit là d'un "acharnement, il y a une personne dans ce dossier qui a incité au paiement et qui, elle, n'est pas renvoyée. Donc on voit bien qu'il y a un ciblage fait sur Karim Benzema. On s'expliquera devant la justice et son innocence sera démontrée", assure l'avocat du footballeur.

La justice soupçonne Karim Benzema d'avoir incité son ex-coéquipier en équipe de France à payer des maîtres-chanteurs qui menaçaient de dévoiler une vidéo intime le mettant en scène.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.