Accident de supporters : la SNCF renvoyée en correctionnelle

C'était le 7 mars 2009, après un match de football Lille-Lyon au Stade de France à Saint-Denis. Dans la cohue, un groupe de supporters s'était retrouvé sur les voies, au moment où un RER passait. Un enfant de 10 ans et un jeune de 18 ans avaient été tués, 11 autres supporters du Losc ont été blessés. Le juge a retenu la responsabilité de la SNCF, qui n'avait pas verrouillé l'accès aux voies. Le procès en correctionnelle est prévu pour cette année.

(Maxppp)

Cinq ans après le drame, il y aura bien un procès du RER du Stade de France - le train avait fauché un groupe de supporters lillois, qui sortait du stade après un match face à Lyon. Deux personnes avaient été tuées, un enfant de 10 ans, un homme de 18 ans, et 11 autres blessées.

Dans son ordonnance, rendue le 15 octobre dernier mais connue aujourd'hui, la juge a décidé de renvoyer la SNCF devant la justice. Un procès en correctionnelle est prévu pour cette année. La SNCF risque une amende de 450.000 euros pour blessures et homicides involontaires.

La juge qui a instruit le dossier estime, pourtant, que les supporters ont enfreint la loi en s'aventurant sur les rails, mais que la SNCF aurait dû verrouiller l'accès aux voies. "Faute caractérisée" , a estimé la juge d'instruction. Selon le Bureau d'enquête, il n'y avait aucune pancarte qui indiquait le danger.

Le RER lancé à 82 km/h

C'était donc le 7 mars 2009. A la fin d'un match au Stade de France, un groupe de supporters du Losc tente de regagner son bus, garé à 600 mètres de là. Un barrage de police les en empêche. Le groupe rebrousse chemin, et se retrouve sur une voie de RER. Un train, lancé à pleine vitesse, les percute. Assez rapidement, l'enquête montre qu'une porte d'accès aux voies n'était pas verrouillée.

Selon l'enquête, le train est arrivé à 82 km/h, dans le dos des supporters. Le conducteur, après avoir quitté la voie des yeux pendant deux à trois secondes, a actionné le freinage d'urgence. Le RER s'est arrêté 250 mètres plus loin.