Tennis : Maria Sharapova suspendue deux ans pour dopage

L'ancienne numéro un mondiale, âgée de 29 ans, avait été contrôlée positive lors de l'Open d'Australie en janvier.

Maria Sharapova a annoncé avoir été contrôlée positive au meldonium, lors d\'une conférence de presse à Los Angeles (Californie, Etats-Unis), le 7 mars 2016.
Maria Sharapova a annoncé avoir été contrôlée positive au meldonium, lors d'une conférence de presse à Los Angeles (Californie, Etats-Unis), le 7 mars 2016. (ROBYN BECK / AFP)

Est-ce la fin de sa carrière ? La joueuse de tennis russe Maria Sharapova a été suspendue deux ans pour dopage au meldonium, un médicament inscrit depuis le 1er janvier 2016 sur la liste des produits prohibés, annonce mercredi 8 juin la Fédération internationale de tennis.

L'ancienne numéro un mondiale, âgée de 29 ans, avait fait l'objet, lors de l'Open d'Australie, au début de l'année, d'un contrôle antidopage positif. Elle avait reconnu elle-même, le 7 mars, avoir pris du meldonium, admettant qu'elle avait négligé de vérifier la liste des nouveaux produits interdits.

Quelques minutes après l'annonce de la suspension, Sharapova a déclaré sur sa page Facebook qu'elle allait faire appel devant le Tribunal arbitral du sport. "Je ne peux pas accepter une suspension dure et injuste", écrit-elle. Ce sont probablement ses aveux qui expliquent que la joueuse a écopé de la sanction habituelle en cas de dopage.

"J'ai fait une énorme erreur"

"Depuis dix ans, je prends un médicament sur prescription de mon médecin de famille. Ce médicament n'était pas sur la liste des produits prohibés par l'Agence mondiale antidopage, mais le règlement a changé le 1er janvier dernier, ce que je ne savais pas", avait-elle dit en mars. "Je suis pleinement responsable, j'ai fait une énorme erreur."

Le médicament en question, le meldonium ou mildronate, lui était selon elle prescrit depuis 2006 pour "traiter des problèmes de santé récurrents, un déficit en magnésium, une arythmie cardiaque et des cas de diabète dans [sa] famille".

En mars, Maria Sharapova, vainqueur de cinq tournois du Grand Chelem et l'une des sportives les mieux payées du monde, avait perdu la plupart de ses sponsors (Nike, Tag Heuer...) après avoir avoué qu'elle prenait bien du meldonium.