Pas encore interdites mais déjà controversées : les cétones, le nouveau "carburant" des cyclistes

Actuellement, les corps cétoniques ne sont pas considérés comme un produit dopant, mais la seule étude sur le sujet avance une augmentation de 15% des performances sur les cyclistes amateurs.

Des coureurs cyclistes sur le Tour de France entre Albi et Toulouse, le 17 juillet 2019.
Des coureurs cyclistes sur le Tour de France entre Albi et Toulouse, le 17 juillet 2019. (MARCO BERTORELLO / AFP)

Depuis plusieurs mois, le nom de la cétone circule dans le milieu cycliste. Ces molécules permettent de maigrir tout en conservant de la puissance et améliorent les capacités de récupération. Les cétones pourraient donner un avantage à ceux qui en consomment. Aujourd’hui, rien n’est prouvé, mais dans un milieu marqué au fer rouge par les années Armstrong, le sujet interpelle.

Les corps cétoniques sont naturellement produits en cas de jeûne par le foie lorsque le corps a utilisé ses réserves en glucides et qu’il commence à brûler des graisses. Elles peuvent aussi être ingurgitées via des boissons énergisantes. Plusieurs équipes affirment utiliser ce qui ressemble au produit miracle.

Une augmentation des performances constatées

Une étude réalisée en Belgique sur une population de cyclistes amateurs parle d’une augmentation de performance de 15%. "Sur des gens très faibles, c'est normal que l'on puisse augmenter de 15%", estime le médecin d’AG2R La Mondiale. En revanche, Eric Bouvat est certain qu’un tel résultat "est impossible" sur des athlètes de haut-niveau, "sinon ça serait pire que les hormones qui étaient utilisées autrefois".

Il ne faut pas être béat devant les résultats.Roger Legeay
président du Mouvement pour un cyclisme crédible
à franceinfo

Les corps cétoniques ne sont pas interdits par l'Agence mondiale antidopage (AMA), ni par l’Union cycliste internationale (UCI). Il n'y a pas encore assez de recul suffisant pour juger, mais Roger Legeay et le Mouvement pour un cyclisme crédible souhaite "anticiper" "Encore une fois, on est un peu donneur d'alerte en disant : 'Étudier ces cas-là sans porter l'opprobre sur personne, mais il faut aller plus loin et si possible très vite'." 

Le MPCC, qui compte parmi ses membres la moitié des équipes du peloton, recommande à ses adhérents de ne pas utiliser les cétones. Le Thyrax est une autre substance dont le nom est parfois cité, sans plus de preuve concrète.

Reportage de Fabrice Rigobert
--'--
--'--