Cet article date de plus de douze ans.

"Accepter le dopage" : les sportifs lâchent Noah

L'ancien champion de tennis français s'érige contre "l'hypocrisie française" et considère que "la meilleure attitude à adopter est d'accepter le dopage". Le monde du sport a vivement réagi. 

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Yannick Noah lors de la présentation officielle du Tour de France, le 18 octobre 2011 à Paris. (JOEL SAGET / AFP)

"Arrêtons l'hypocrisie. Il faut bien sûr respecter la présomption d'innocence, mais plus personne n'est dupe. La meilleure attitude à adopter est d'accepter le dopage. Et tout le monde aura la potion magique." La proposition n'émane pas d'une obscure nageuse de l'ex-Allemagne de l'Est, mais bien de la personnalité préférée des Français : Yannick Noah.

Dans une tribune parue samedi 19 novembre dans Le Monde, l'ancien champion de tennis s'interroge quant à la supériorité des Espagnols sur les sportifs français, tant sur les courts de tennis que sur les parquets de basket ou les routes du Tour de France. Des phrases qui ont provoqué un tollé dans le monde du sport. 

Les sportifs réclament des "preuves"

Les athlètes visés par Yannick Noah, particulièrement les Espagnols, n'ont pas vraiment goûté sa provocation. Interrogé samedi soir après la victoire du FC Barcelone sur Saragosse (4-0), l'entraîneur du Barça, Pep Guardiola, a lâché, lapidaire :  "Que ce monsieur présente des preuves, ou quiconque d'ailleurs. Sinon, qu'il se taise."

"Ce que [Noah] a dit est complètement stupide, a asséné Rafael Nadal, le n° 2 mondial, en marge du Masters de Londres, dimanche soir. C'est stupide car on sait le nombre de contrôles antidopage que nous subissons dans le sport aujourd'hui. Selon moi, ce sont des propos dignes d'un petit enfant." Nadal a expliqué que Jo-Wilfried Tsonga et Michaël Llodra, les deux joueurs français qui disputent le Masters, s'étaient excusés auprès de lui pour les propos de Noah.

Interrogé par la radio espagnole Cadena Ser, l'oncle et entraîneur de Rafael Nadal, Toni Nadal, s'est insurgé : "Cela me choque qu'une personne d'une honnêteté douteuse se permette de parler en mal des sportifs espagnols." Et a attaqué : "C'est n'importe quoi de sa part de s'exprimer sur ce sujet, parce qu'à moi, on m'a souvent dit des choses sur lui."

Autre tennisman à prendre ses distances, Jo-Wilfried Tsonga a déclaré dimanche : "Pour l'instant, c'est complètement faux parce qu'on n'a aucune preuve. Il dit ce qu'il pense. Si tout ce qu'il pensait était la vérité, il dominerait le monde entier."

Des contrôles antidopage "inefficaces"

Samedi, sur le plateau du 20 heures de France 2, le ministre des Sports, David Douillet, a vigoureusement réagi  à la polémique et dénoncé "des propos graves et irresponsables""Il faut amener des preuves. (...) Le sport français ne se reconnaît pas dans les propos de Yannick Noah."

Pour le médecin du sport Jean-Pierre de Mondenard, interrogé dimanche sur Europe 1, "chaque fois qu'une nation domine dans le sport, le dopage est derrière". Mais pour ce spécialiste de la lutte antidopage, il faut plutôt blâmer l'inefficacité des contrôles, "incapables de dire qui triche, qui ne triche pas".

Noah, le provocateur

Alors, réelle conviction ou provocation ? En 2007, Yannick Noah, coutumier des phrases chocs, avait prévenu : "Si Sarkozy passe, je me casse !" Une annonce restée lettre morte. Sa nouvelle sortie n'est en tout cas pas passée inaperçue de l'autre côté des Pyrénées. Sur le site d'actualité sportive Marca, qui considère les propos de Noah comme une accusation envers les sportifs espagnols, l'article le concernant est d'ores et déjà le plus lu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.