Cet article date de plus de sept ans.

Deschamps dorlote les remplaçants

Le sélectionneur des Bleus sait que ses choix ont forcément créé des tensions au sein de son groupe. Vivre une Coupe du monde de football en tant que remplaçant n'est pas si évident, surtout pour ceux qui s'imaginaient titulaires. Alors Didier Deschamps a sa méthode, qu'il applique à ses 23 joueurs.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Deschamps prend Giroud dans ses bras (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Didier Deschamps n'est pas seulement un bon tacticien. L'ancien capitaine de l'équipe de France est avant tout un meneur d'hommes, et possède un sens aigu des rapports humains. Faire des choix fait partie du métier du sélectionneur, mais alors que d'autres se contentent de ce rôle, Deschamps a compris qu'il fallait par la suite assumer le service après-vente, c'est à dire expliquer notamment à ceux qui n'ont pas été choisis, qu'il a eu de bonnes raisons de ne pas les prendre, et leur rappeler qu'ils restent tout aussi importants.

Si la titularisation d'Antoine Griezmann a un peu surpris tout le monde, c'est d'abord Olivier Giroud qui a dû encaisser la mauvaise nouvelle. Pourtant performant lors des matches de préparation (trois buts et une passe décisive), l'attaquant d'Arsenal pensait avoir gagné au mérite sa place parmi le onze de départ. Il avait même déclaré une semaine avant la rencontre contre le Honduras qu'il serait déçu de ne pas débuter ce match.

Discuter pour évacuer la rancoeur

Et Deschamps effectue ce travail psychologique autant avec les remplaçants qu'avec les titulaires. La renaissance de Benzema en équipe de France est aussi due à cette patte Deschamps. "Je m’entends super bien avec le sélectionneur, il est proche de moi, a ainsi confié le buteur du Real Madrid. Il a fait un travail psychologique avec moi. On a beaucoup discuté, même dans les mauvais moments, a expliqué un Benzema plus épanoui que jamais.

Avec son staff, Deschamps prend le soin d'aller voir chacun "et d'accorder du temps et de l'importance" aux 23 Bleus afin de s'assurer que tout va pour le mieux. Et même si il ne parle pas de football, il s'assure ainsi de la bonne condition psychologique des uns et des autres. "Je peux aussi apprendre de quelqu'un qui ne joue pas", a même précisé "DD". Cette communication qu'il entretient avec les joueurs n'a pu se faire aussi que grâce à des choix judicieux, au moment de composer sa liste des 23. Quatre ans après, la maison Bleue a vraisemblablement tiré des leçons du fiasco de Knysna, et Deschamps y est pour beaucoup.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.