Tour de France "machiste et polluant" : "18 millions de goodies, c'est une pollution plastique faramineuse", selon un adjoint à la mairie de Lyon

Valentin Lugenstrass, adjoint à la mairie de Lyon, évoque sur franceinfo la pollution que représentent les millions de goodies distribués et les nombreux véhicules qui suivent le Tour de France.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Les caravanes du Tour de France lors de la dixième étape, le 8 septembre 2020. (BENOIT FELACE / MAXPPP)

"Quand on a 18 millions de goodies qui sont distribués, c'est une pollution plastique assez faramineuse", commente l'adjoint à la mairie de Lyon chargé de la mobilité, de la logistique urbaine et des espaces publics, Valentin Lugenstrass, jeudi 10 septembre sur franceinfo. Il explique pourquoi le maire EELV de Lyon Grégory Doucet a déclaré dans une interview au Progrès que le Tour de France est "machiste et polluant".

franceinfo : La mairie de Lyon n'aime pas le Tour de France ?

Valentin Lugenstrass : Je crois qu'il ne faut pas se laisser avoir par le titre piège à clic de l'interview, qui ne correspond pas exactement aux propos du maire de Lyon. Le Tour de France est un événement populaire qui plaît à énormément de Français. On découvre les territoires de la France, on voit les paysages, on a tous des images en tête de petits qui regardent avec leurs grands-parents le Tour de France, donc c'est aussi une magnifique opportunité pour ça et pour mettre en avant, évidemment, la pratique du vélo. Ce que le maire de Lyon a dit, c'est qu'il y a un certain nombre de problématiques. D'une part, l'égalité femmes-hommes. Cette compétition de sport de haut niveau ne présente pas, depuis quelques années et pour encore au moins deux ans, de compétition féminine. Nous avons reçu à Lyon, il y a quelques semaines, le Tour de France féminin non-officiel. On a reçu des coureuses qui étaient motivées. On l'a fait avec plaisir. On est une ville où le sport féminin porte haut les couleurs du sport de haut niveau, avec les footballeuses de l'Olympique Lyonnais qui ont gagné sept fois le championnat d'Europe. Donc on a un souci de ce point de vue-là. On a aussi un souci sur la pollution. Ce n'est pas le Tour en tant que compétition sportive qui est mis en cause, mais plutôt les 18 millions de goodies qui sont distribués dans la caravane avec un certain nombre de voitures qui suivent les coureurs qui sont en train de faire leur compétition.

En quoi le Tour de France est-il polluant ?

Quand on a 18 millions de goodies qui sont distribués, c'est une pollution plastique assez faramineuse. On a des dizaines, voire des centaines de véhicules qui suivent les coureurs à vélo. Donc en effet, en termes d'éco-responsabilité, on peut s'attendre à mieux. Ce que le maire de Lyon a dit c'est que, dirigeant une ville qui débourse 600 000 euros pour participer au Tour de France, il peut, dans les années à venir, [si le Tour veut de nouveau passer par Lyon], poser un certain nombre de conditions parce que ce n'est pas la compétition sportive en soi qui est problématique, mais plus l'organisation événementielle logistique autour. 600 000 euros, ça correspond à un nouveau parc assez riche avec 600 arbres aménagés. On pourrait faire autre chose de cet argent pour les Lyonnaises et les Lyonnais.

Allez-vous donc conditionner le retour du Tour de France à Lyon ?

Oui je crois qu'on peut, en tant que ville de Lyon, en déboursant 600 000 euros, se permettre de demander un certain nombre de garanties. On a l'urgence climatique qui est là, dont on parle en permanence. On a le nouveau rapport du Haut conseil pour le climat qui a été présenté aujourd'hui. Et donc, évidemment, il faut qu'il y ait une partie éco-responsable, il faut conditionner un certain nombre de choses à des critères écologiques. Cette année, on n'a pas voulu changer les choses. Il y avait un certain nombre d'actions qui étaient engagées donc nous allons accueillir dans quelques jours le Tour de France. Pour les années à venir et le temps aussi de que le Tour de France repasse par Lyon, on espère bien pouvoir co-construire avec l'intégralité des acteurs pour en faire une fête populaire, éco-responsable, respectueuse et symbole de l'égalité femmes-hommes. (…) On souhaite vraiment, par ce débat, accélérer la transition écologique du Tour de France.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.