Tour de France : l'équipe Sky contre-attaque sur les performances de Froome

Dave Brailsford, le manager de l'équipe cycliste Sky, a publié mardi es propres chiffres chiffres concernant la puissance développée par son coureur vedette, Chris Froome. Il assure que les données avancées par plusieurs analystes, notamment dans un reportage de France 2, sont erronées et que le Britannique est loin des chiffres d'Armstrong ou d'Ulrich, convaincus de dopage.

(Dave Brailsford, manager de l'équipe Skye, avec son coureur vedette, Chris Froome © REUTERS/Eric Gaillard)

C'est désormais chiffres contre chiffres que se discute le cas Chris Froome. Le manager de l'équipe Sky, Dave Brailsford, a en effet publié mardi les siens concernant les performances de son coureur, mis en cause par plusieurs analystes, qui estiment que la puissance qu'il est capable de développer est suspecte. Pour Dave Brailsford, ce sont ces chiffres qui le sont.

Comme Armstrong ?

Le manager tenait en particulier à répondre à un reportage diffusé ce dimanche dans l'émission Stade 2 , alors que lui-même se trouvait sur le plateau. Un expert français, docteur en physiologie, Pierre Sallet, y calculait que Froome avait développé une puissance de 7,04 watts/kg durant sa fameuse montée de La Pierre Saint-Martin. Or, un tel chiffre est "anormal", dit-il et seuls quelques coureurs y sont parvenus, notamment Jan Ulrich et Lance Armstrong, convaincus de dopage. CQFD.

"J'ai vite compris que les chiffres de Stade 2 n'étaient pas corrects"

Mais pour Dave Brailsford, il existe une faille de taille dans la démonstration : ces chiffres sont faux. "J'ai vite compris que les chiffres de Stade 2 n'étaient pas corrects mais j'ai demandé un peu de temps pour présenter aujourd'hui (mardi) un ensemble de donnée qui réfute des conclusions inexactes ", précise-t-il. Braislford, s'appuyant sur l'expert de la formation, l'Australien Tim Kerrison, assure que Froome n'a pas développé plus de 5,78 watts par kilo, ce qui n'a rien de surhumain.

Rythme cardiaque

Quant au rythme cardiaque du coureur britannique, déjà jugé "suspect" par des observateurs après sa victoire en 2013 au Ventoux, Kerrison et Brailsford jugent qu'il n'y a pas de quoi s'étonner et qu'il est dans la logique des performances de Froome. Il n'avait alors pas dépassé 160 pulsations par minute malgré un effort impressionnant. "Dans la deuxième semaine du Tour 2013, le rythme maximum avait été de 168. L'an passé à la Vuelta, 171 et sur ce Tour de France 2015, Chris est monté jusqu'à 174 ", note l'expert, évoquant une évolution "normale" sans savoir où se situe la limite chez Froome.

"Pourquoi autant d'attention autour de moi ? J'ai du mal à comprendre"

Le coureur, pour sa part, s'irrite des doutes qui pèsent sur lui : "c'est frustrant pour moi d'être ciblé de la sorte. Quand on regarde les cinq derniers grands tours, il n'y avait pas eu autant d'attention sur la puissance et les données des uns et des autres ". "Contador ou d'autres n'ont pas été autant ciblés sur ce point de vue. Pourquoi autant d'attention autour de moi ? J'ai du mal à comprendre ", s'était-il plaint. Ses managers donnent rendez-vous dans 30 ans aux commentateurs, assurant que les performances de Froome seront alors jugées "pas tellement remarquables ".

A LIRE AUSSI :  ►►► Froome en remet une couche sur Jalabert