Tour de France 2021 : "David Gaudu part clairement avec le classement général pour objectif" annonce Marc Madiot

Le directeur de Groupama-FDJ place beaucoup d'espoirs en David Gaudu et Arnaud Démare. 

Article rédigé par
De notre envoyé spécial - Adrien Hemard - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Marc Madiot sur le Tour de France 2019, le 22 juillet (KEI TSUJI / BETTINIPHOTO)

Marc Madiot aborde ce Tour de France avec la sagesse de ceux à qui on ne la fait plus depuis longtemps. Interrogé à Brest vendredi 25 juin, la veille de la première étape, le directeur de la FDJ Groupama sait sa formation forcément moins attendue sans Thibaut Pinot, son héros maheureux. Et il compte bien en profiter pour placer ses coureurs, Gaudu et Démare notamment, dans tous les bons coups pour rafler une victoire d'étape. Au moins. 

franceinfo: sport : Après les deux expériences frustrantes de 2019 et 2020, comment sentez-vous cette édition ? 

Je suis assez tranquille car on remet le compteur à zéro à chaque fois. Que l'année précédente ait été bonne, exceptionnelle ou très mauvaise, l'équation reste la même quand on prend le départ. Je ne suis ni stressé, ni pressé. Vous savez, c'est mon 38e Tour de France et le poids des ans fait que j'ai appris la sagesse. 

Quels sont vos objectifs pour ce Tour avec la Groupama-FDJ ? 

Cette année c'est de gagner une étape le plus tôt possible. Plus vite on en gagnera une, plus vite on aura l'esprit tranquille. Vous savez il y a 21 étapes et 23 équipes... Il n'y en aura donc pas pour tout le monde. D'autant qu'il y a certaines équipes qui ont la bonne ou mauvaise habitude - cela dépend d'où l'on se place - d'en gagner plusieurs par Tour, ce qui fait que les autres formations en ont encore moins à se partager. 

Vous avez plusieurs cartes à jouer dans votre effectif, avec Démare, Gaudu ou encore Madouas, comment abordez-vous cette nouvelle donne après avoir longtemps tout misé sur Pinot ? 

Le Tour reste le Tour et il faut se mettre en ordre de marche pour tenter de gagner des étapes, quelle que que soit la configuration de notre équipe. Il faut simplement être opérationnel avec les coureurs dont on dispose. Le maillot vert pour Arnaud [Démare], ce n'est pas la priorité. La priorité ce sont d'abord les victoires d'étape. Et puis le maillot vert c'est tellement aléatoire. Il se joue encore plus dans les sprints intermédiaires que lors des arrivées. Le profil de certaines étapes vallonnées fera également l'écrémage entre les différents sprinteurs. 

L'autre grand nom de votre équipe est David Gaudu. Quelles ambitions avez-vous pour lui ? 

Dans l'approche, cela ne change rien dans la façon dont on courait pour Thibaut [Pinot]. Un leader reste un leader, il faut qu'il court devant, il faut qu'on soit capable de le protéger quand il aura besoin d'être protégé, que ce soit sous la pluie, dans les bordures ou entre les ascensions. Donc que le leader s'appelle Pinot ou Gaudu, le travail de l'équipe reste le même. David Gaudu part clairement avec le classement général pour objectif même si les incidents de course peuvent nous obliger à revoir notre stratégie. 

Valentin Madouas partira de chez lui à Brest pour cette première étape, peut-il être transcendé et viser la victoire ? 

Le fait d'habiter sur le lieu de départ d'une étape ne constitue pas pour le coureur une obligation de se mettre en évidence. Il faut plutôt essayer d'avoir une approche rationnelle et structurée de chaque étape. Ce n'est pas parce qu'on joue à domicile que l'on doit nécessairement partir à l'abordage. On va donc rester sur des schémas très conventionnels, notamment sur cette première étape. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cyclisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.