Cet article date de plus de trois ans.

Tour de France 2018 - Lappartient : "J'appelle tous les spectateurs à protéger l'ensemble des athlètes"

La sécurité du peloton est un élément primordial des organisateurs du Tour de France ainsi que pour l'Union cycliste internationale (UCI). Son président, David Lappartient, a lancé un appel aux spectateurs du Tour pour "protéger l'ensemble des athlètes", en évoquant Chris Froome, après le classement sans suite de sa procédure antidopage.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Christopher Froome encerclé par le public du Tour de France en 2015 (DE WAELE TIM / TDWSPORT SARL)

Depuis les suspicions de dopage autour de Christopher Froome puis le blanchiment de ce dernier en début de semaine, la sécurité du quadruple vainqueur du Tour de France sur l'édition 2018 inquiète. Le président de l'UCI, David Lappartient, a appelé "tous les spectateurs à protéger l'ensemble des athlètes et à respecter les décisions de justice qui sont rendues et de faire en sorte que Chris Froome puisse évoluer dans un environnement sécurisé et serein lors du prochain Tour de France comme tous les autres athlètes".

"Il a le droit d'évoluer dans un environnement sécurisé"

Une déclaration pas anodine à quelques jours du grand départ de la 105e édition de la Grande Boucle (du 7 au 29 juillet, ndlr.). En 2015, le Britannique a déjà subi les rancœurs du public sur les bords de la route du Tour. Lors de la 14e étape entre Rodez et Mende, le coureur de la Sky avait reçu de l'urine au visage. "Je ne pointe pas le public, c'est vraiment une minorité. Pour moi, la responsabilité revient à une partie du traitement médiatique qui est très irresponsable" avait-il déclaré à l'issue de l'étape. Une édition plus que difficile pour le maillot jaune. Sur la 20e étape un spectateur crachait sur Froome lors de l’ascension vers l'Alpe d'Huez. 

Evidemment, la sécurité autour du quadruple vainqueur du Tour risque d'être renforcée cette année, mais aussi pour l'ensemble du peloton. Certain spectateurs ont fait part de leur haine et de leur violence sur les réseaux sociaux. "Il a le droit d'évoluer dans un environnement sécurisé et j'ai vu des appels parfois complètement déraisonnés à la violence sur le Tour de France. Je ne peux pas l'accepter" a poursuivi dans sa vidéo David Lappartient

Fin juin, Bernard Hinault, quintuple vainqueur du Tour de France, s'est montré très hostile, dans un entretien à Ouest-Franceenvers celui qui peut l'égaler cette année. Il a appelé le peloton à faire grève et mettre pied à terre en cas de participation de Chris Froome : "Le peloton est trop gentil. On en a condamné d’autres, tout le monde était d’accord, et lui, on ne va pas le condamner car on dit qu’il a un contrôle anormal ? Non, ce n’est pas un contrôle anormal…"

Une équipe de sécurité avec la Sky

Une déclaration qui a suscité l'inquiétude chez Sky, tant la parole d'Hinault peut avoir de l'influence sur le public français. "Si ces commentaires incitent à la colère ou au ressentiment envers Chris (Froome), je ne pense pas que ça soit très responsable. Pour assurer la sécurité des coureurs, il faut un traitement juste dans les médias" avait déclaré, Tim Kerrison, entraîneur de Christopher Froome au Guardian.

Grand favori du Tour de France, la Team Sky prendra donc bien le départ à Noirmourtier avec son leader mais pas seulement. Une équipe de sécurité accompagnera l'équipe britannique. "Nous travaillons depuis longtemps avec une équipe de sécurité venu passer du temps avec nous, juste pour nous conseiller sur notre fonctionnement et améliorer notre sécurité en course.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cyclisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.