Cet article date de plus d'un an.

Tour de France 2022 : "Je cherche encore ses défauts sur le vélo", le peloton voit Tadej Pogacar comme le grand favori après les premières étapes

La Grande Boucle est de retour en France après avoir arpenté les terres danoises, où le grand favori du Tour, le double tenant du titre Tadej Pogacar, n’a montré aucun signe de faiblesse. Le peloton se demande bien ce qui pourrait empêcher le Slovène de tripler la mise.

Article rédigé par franceinfo - Nicolas Péronnet
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le coureur slovène de l'équipe UAE Team Emirates, Tadej Pogacar, avec le maillot blanc du meilleur jeune sur le podium après la 3e étape du Tour de France, à Sonderborg au Danemark, le 3 juillet 2022. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Un long transfert, un peu de repos et voilà le Tour de France qui redémarre dans l'Hexagone. Fini le Danemark, la Grande Boucle est de retour en France, mardi 5 juillet, avec une 4e étape accidentée avec six côtes sur le parcours de 171,5 km entre Dunkerque et Calais. Des 400 km danois du Tour de France, les 13 km du contre-la-montre à Copenhague auront donc suffi à Tadej Pogacar pour envoyer un message et pourtant la montagne, son jardin, n’a pas encore livré ses premiers cols. Alors que faire contre le Slovène ?

>> Tour de France 2022 : suivez la quatrième étape dans notre direct

Le directeur sportif de l’équipe AG2R-Citroen Julien Jurdie reconnaît qu’il n’a pas la réponse : "Les défauts de Pogacar sur le vélo je les cherche encore, je ne les ai pas trouvé. Il n'en a pas le garçon. On sait qu'elles ne sont pas sur un chrono ni en montagne. Pour moi les failles elles sont collectives et qu'ils se retrouvent isolés à un moment donné."

"Le grandissime favori à sa succession"

Son équipe UAE Team Emirates est moins impressionnante peut être que l’armada néerlandaise Jumbo Visma de Roglic et Vingegaard. Mais le Slovène a déjà prouvé qu’il n’avait pas besoin des meilleurs équipiers du monde pour briller. Une chose seulement selon le manager de la Cofidis Cédric Vasseur pourrait l'empêcher de gagner : "La malchance ! À part un fait de course ou un manque de chance sur les pavés, Pogacar s'annonce comme le grandissime favori à sa succession."

"Le tour est long, c'est une longue histoire à écrire et on sait qu'il y a souvent des rebondissements."

Cédric Vasseur, manager team Cofidis

à franceinfo

Les pavés de l'étape de mercredi 6 juillet, le vent peut être durant cette étape de mardi, pour mettre un grain de sable car dès vendredi du haut de la planche des belles filles, on apercevra déjà les Alpes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.