Cyclisme : Mattias Skjelmose vainqueur anecdotique d'un Tour de Suisse endeuillé par la disparition de Gino Mäder

Le jeune coureur danois a remporté le classement général devant Juan Ayuso et Remco Evenepoel, dimanche.
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Mattias Skjelmose lors de la 7e étape du Tour de Suisse, le 17 juin 2023. (GIAN EHRENZELLER / KEYSTONE)

Depuis la mort de Gino Mäder, après sa chute sur la 5e étape, personne n'avait vraiment la tête au cyclisme sur le Tour de Suisse. Mais puisque la course devait se terminer, en mémoire du regretté coureur de la Bahrain-Victorious, il lui fallait bien un vainqueur. Et c'est finalement le Danois Mattias Skjelmose Jensen (Trek-Segafredo) qui a remporté le classement général de l'épreuve, dimanche 18 juin, devant Juan Ayuso (UAE) et Remco Evenepoel (Soudal-Quick Step).

Bien qu'il s'agisse de son premier succès au général d'une course à étapes classée World Tour, le prometteur grimpeur danois n'a évidemment pas fait dans l'effusion de joie à l'arrivée de la 8e étape. Deuxième du contre-la-montre final entre Saint-Gall et Abtwil (25 km), Skjelmose a tenu le choc dans ce qui n'est pas son exercice de prédilection pour résister aux retours de ses deux poursuivants. A 22 ans, il a décroché la 6e victoire professionnelle de sa carrière, à deux semaines du Tour de France, sur lequel il est attendu comme leader de l'équipe Lidl-Trek. Mais l'histoire se souviendra malheureusement surtout de la disparition de Gino Mäder.

Une étape neutralisée en hommage, et des abandons

Depuis sa chute dans la descente du col de l'Albula jeudi, le Tour de Suisse a basculé dans une autre atmosphère. Retrouvé inerte dans l'eau et réanimé sur place, le coureur est décédé le lendemain à l'hôpital de Coire, d'où, triste symbole, devait s'élancer la 6e étape. La forte émotion suscitée par cette disparition a entraîné la neutralisation de cette étape, qui s'est transformée en une procession commémorative en mémoire de Gino Mäder, avec l'accord de sa famille.

Vendredi soir, alors que la suite de la course était logiquement en suspens, l'organisation a annoncé que le Tour de Suisse irait jusqu'à son terme "en concertation avec la famille de Gino Mäder" et "après avoir consulté les équipes et les coureurs ainsi que l’ensemble du staff du Tour de Suisse". Le co-directeur de l'épreuve, Oliver Senn, ajoutait, le soir même : "Aujourd’hui a été le pire jour de ma vie. Mais demain est un autre jour et c’est de celui-ci que nous devons nous occuper en tant qu’organisation."

C'est donc en allant à son terme que le Tour de Suisse a voulu honorer la mémoire du natif du canton de Saint-Gall, ville départ de l'ultime étape ce dimanche. Une décision classique, dans ce cas de figure, mais qui n'a pas été suivie par tout le peloton, ce qui se comprend aussi. L'équipe de Gino Mader, la Bahrain-Victorious, s'est retirée de l'épreuve vendredi soir, suivie par l'écurie belge Intermarché-Circus-Wanty, et les Suisses de Tudor, qui ont justifié leur choix : "Après avoir mûrement réfléchi et discuté avec les coureurs et le staff, l’équipe a décidé de ne pas continuer à participer au Tour de Suisse cette année. Dans ces circonstances difficiles, nous pensons qu’il est humain de respecter les sentiments de nos coureurs et de rendre hommage à Gino."

La plupart des coureurs helvètes engagés ont pris la même décision, à l'image de Stefan Küng (Groupama-FDJ), Marc Hirschi (UAE Emirates), Mauro Schmid (Soudal-Quick Step) ou encore Michael Schär (AG2R-Citroën). Pour relancer doucement la course et rassurer un peloton traumatisé par la chute mortelle de Gino Mader en descente, l'organisation avait aussi décidé de figer le chronométrage de l'étape de samedi à 25 km de l'arrivée, en haut de la dernière difficulté du jour. Ce qui n'a pas empêché Remco Evenepoel de partir seul à 17 km pour aller remporter l'étape, sans maillot jaune au bout, mais avec l'index pointé vers le ciel.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.