Paris-Roubaix : le bar Chez Françoise va de nouveau vibrer au passage des cyclistes

Pour cette 119e édition de Paris-Roubaix, le bar Chez Françoise va vibrer toute la journée au fil de la reine des classiques cyclistes. Françoise est à la tête de cet établissement devenu incontournable pour voir passer les coureurs.

Article rédigé par
Boris Loumagne - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Françoise dans son bar à Troisville, accompagnée de sa petite-fille Léna. (BORIS LOUMAGNE / RADIO FRANCE)

L'enfer du Nord, c'est son petit paradis. Dans le bar qui porte son nom, Françoise  accueille organisateurs, journalistes et spectateurs depuis 35 ans. Un bar situé, juste au bord du parcours de Paris-Roubaix, à Troisvilles où les spectateurs se rassemblent pour encourager les coureurs dans le premier secteur pavé de la course mythique longue de 250 km. Après la pandémie de Covid-19, la fermeture du bar pendant un an et l'édition 2020 annulée, Chez Françoise va de nouveau vibrer au passage des cyclistes dimanche 17 avril. Entre accordéon, bières et discussions, ça promet un jour de fête avec une ambiance garantie.

>> Paris-Roubaix : cinq choses à savoir sur la 119e édition

Dimanche, la barmaid va se lever aux aurores puisqu'à "partir de 5 heures du matin, il faut être au taquet pour que tout soit prêt. Il ne faut pas commencer à chercher après un verre, il faut que tout le matériel soit prêt". Toute une organisation pour que la journée se passe le mieux possible, avec beaucoup de monde attendu . "Dès 10 heures des gens viennent jouer de la musique, ça fait un peu le parti du vélo, c'est comme le Tour de France. Dans le temps, les accordéonistes jouaient sur les bordures des chemins, ici c'est pareil", explique Françoise, devenue au fil des ans une figure de la course.

Françoise devant son bar, devenu le QG de la course Paris-Roubaix. (BORIS LOUMAGNE / RADIO FRANCE)

Le retour de Paris-Roubaix "est une renaissance" pour elle. Françoise, dans le commerce depuis juin 1972, aimerait repartir 20 ans en arrière, mais "essaie de rester jeune". D'ailleurs, "les gens me disent que je ne change pas, ça me fait plaisir".  Elle ne change pas et elle s'accroche surtout, à son bar de village, quand tant d'autres établissements de la région ont fermé. "Les petits villages c'est un éternel renouvellement, les anciens dispararisent, les maisons sont vendues", constate-t-elle.

"J'essaie d'aller vers ces nouvelles personnes qui vont dans nos villages, pour essayer de leur prouver qu'on est bien dans nos petits villages, et les faire venir ici s'ils veulent."

Françoise

à franceinfo

Malgré son sourire, une chose la tracasse : "Est-ce qu'il y aura de la relève après ?" Parce qu'à 66 ans, Françoise va devoir passer la main un jour et se questionne sur l'avenir de son bar. "Tu ne peux plus vivre avec un petit commerce comme ici. Et puis si je cède, est-ce que les gens vont continuer à passer ? Beaucoup viennent parce que c'est Françoise". En attendant, elle continue parce qu'elle a "besoin de contact humain", et elle sera servie ce dimanche, avec la foule rassemblée à Troisvilles pour voir passer les coureurs de ce Paris-Roubaix 2022.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Paris-Roubaix

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.