Cet article date de plus de quatre ans.

Maxi-contrôles sur les mini-doses d'EPO

Nouvelle avancée dans le monde de la lutte anti-dopage. Dès le Tour de France qui démarre samedi du Mont-Saint-Michel, les micro-doses d'EPO seront détectables grâce aux travaux menés par le laboratoire français de Châtenay-Malabry. Plus personne ne sera à l'abri d'un contrôle, y compris durant la nuit.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

C'est le quotidien L'Equipe qui révèle que le laboratoire a récemment effectué une publication soulignant que les micro-doses de 500 unités "injectées avant 23 heures seront encore détectables à 6 heures le lendemain, y compris lorsque le prélèvement sera compliqué par une surhydratation". "La recherche avance de tous les côtés", s'est félicité vendredi le directeur du Tour Christian Prudhomme, interrogé à ce sujet. "La lutte se mène pied à pied". 

L'intérêt de la découverte de Châtenay-Malabry tient aussi et surtout à resserrer le filet autour des tricheurs qui pouvaient être tentés de recourir à ce type de dopage pendant la nuit. Même si, souligne L'Equipe, la législation française permet enfin, dans un cadre strict exigeant un faisceau de présomptions, les contrôles de nuit autorisés depuis 2015 par le code mondial.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.