Cet article date de plus de sept ans.

Lance Armstrong : "J'ai vraiment la 'fuck you attitude'"

Dans une interview accordée à CNN, le champion déchu revient sur ses mensonges, son arrogance et ses projets. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Photo de Lance Armstrong extraite du documentaire "The Armstrong Lie".  (MARYSE ALBERTI/AP/SIPA/SONY PICTURES CLASSICS)

Il y a un an et demi, assis sur le célèbre canapé d'Oprah Winfrey, Lance Armstrong avouait au monde qu'il s'était bien dopé. Des aveux qui ont fait l'effet d'une bombe, après plusieurs années de dénégations acharnées.

Depuis, l'ancien sextuple vainqueur du Tour de France – aujourd'hui destitué et banni du cyclisme – s'est fait très discret. Il a finalement accepté de répondre aux questions de la chaîne CNN lors d'un long entretien, publié mardi 19 juillet. 

"J'aurais continué à mentir"

"J'étais doué pour jouer ce rôle", avoue l'ancien coureur quand le journaliste évoque les mensonges qu'il a soutenus pendant des années quant à l'usage de produits dopants. "S'il n'y avait pas eu d'enquête fédérale, j'aurais vraisemblablement continué à nier avec la même conviction et ferveur qu'auparavant. Mais aujourd'hui, la performance est terminée", confie l'ex-membre de l'équipe US Postal.

Lance Armstrong passe devant un drapeau américain, sur le parcours du Tour de France, le 25 juillet 2004 sur les Champs-Elysées, à Paris. (FRANCK PREVEL / AP / SIPA / AP)

La poste américaine (US Postal) poursuit aujourd'hui Lance Armstrong devant la justice pour qu'il rembourse une partie de l'argent qu'il a touché des sponsors. "Je suis persuadé que nous pouvons gagner, assure-t-il. Ils ont touché énormément d'argent grâce au contrat, et ils ont obtenu ce qu'ils souhaitaient. Je me suis bougé le cul pour eux et j'en suis fier. A bien des égards, je ne suis pas différent de Tyler Hamilton ou Floyd Landis (ses anciens coéquipiers)."

"Je ne pouvais pas inverser la machine"

Lance Armstrong arrogant ? Le champion déchu ne nie rien. Bien au contraire."J'ai vraiment la 'fuck you' attitude (qu'on pourrait traduire par "l'attitude 'je vous emmerde'"). Je me bats aux entraînements, je me bats pour gagner des courses, je me bats pour motiver mes coéquipiers. Mon arrogance est une excellente chose pour ce type de batailles, mais pas pour les relations personnelles."

Quand le journaliste le questionne sur sa culpabilité morale, notamment vis-à-vis de ses cinq enfants, Armstrong botte en touche : "C'est une conversation pour mes gosses. Il y avait plus de choses que ce que l'on croit dans ce mensonge. Ce n'est pas seulement moi qui nie. Je ne pouvais pas inverser la machine." Mais le cycliste se refuse désormais d'accuser quelqu'un d'autre : "Personne ne m'a forcé ou ne m'a intimidé. Je ne vais pas dire 'ce n'est pas de ma faute'", raconte l'ancien coureur.

"J'ai besoin d'écrire un livre"

Aujourd'hui, l'ancien héros américain semble mener une vie paisible : "Ma thérapie, c'est de grimper sur mon vélo, de jouer au golf et de boire une bière." Le cycliste pense même à écrire son autobiographie : "J'ai besoin d'écrire un livre et il doit être assez cru." Il affirme n'avoir lu aucun livre, ni regardé aucun documentaire sur lui depuis ses aveux dans le talk-show d'Oprah Winfrey.

Lance Armstrong, le 17 janvier 2013. (MANDEL NGAN / AFP)

"Le livre doit être intense et transparent. J'ai besoin de faire un 'boom', de le balancer et le laisser faire son effet. Le plus tôt sera le mieux. Il doit être le bon livre, avec un ton juste et totalement dénué de connerie." De nouveaux aveux en prévision ?

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Lance Armstrong

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.