Invention : un pédalier révolutionnaire pourrait bousculer le monde du cyclisme

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Invention : un pédalier révolutionnaire pourrait bousculer le monde du cyclisme
France 3
Article rédigé par
J-C.Batteria, N.Berthier, S.Lacombe - France 3
France Télévisions

La découverte devrait intéresser tous les amoureux du vélo. Un nouveau pédalier est né, à l'initiative de Jacques Cerdan, un ingénieur retraité.  

Un ingénieur à la retraite dans le Loiret et un homme d'affaires marseillais ont déposé un brevet qui pourrait transformer le vélo. Jacques Cerdan, petit neveu du boxeur Marcel Cerdan, a passé sa carrière derrière la table à dessins pour l'industrie automobile. À la retraite, il se consacre à sa passion : le vélo. Il y a plus de 15 ans, il a imaginé un pédalier nouveau, qui augmenterait la puissance de 10%, mais ne convainc alors pas les amis de son club cycliste. "Les premières pièces, je les ai réalisées moi-même avec les moyens du bord, raconte l'inventeur. Il y a beaucoup de gens qui n'ont pas voulu essayer mon truc. (…) Ceux-là ils vont peut-être me demander de leur fournir un pédalier un jour." 

Une petite révolution 

Ce jour est peut-être arrivé. Un homme d'affaires marseillais a décidé d'industrialiser le système Cerdan, qui donne un coup de vieux aux pédaliers classiques. "Ce n'est pas parfait, un pédalier, il y a une zone morte, c'est à dire que quand vous avez un pied en bas et l'autre en haut, vous ne pouvez pas distribuer de puissance, ça ne tourne pas", explique Ludovic Boullet, fabricant du pédalier Cerdan. Avec le nouveau système, la pédale du haut sera déjà inclinée, prête à recevoir la puissance. "Ça apporte un gain de puissance, ça augmente le rendement et ça apporte surtout un confort", ajoute le fabricant. 

Testé par la championne du monde de vitesse Barbara Buatois, le pédalier séduit. "On se rend compte qu'on peut avoir une cadence beaucoup plus importante, et donc du coup un gain de puissance beaucoup plus important", affirme-t-elle. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.