Vidéo Tour d'Italie : Bernal l'emporte et prend le pouvoir au général, Evenepoel reste à distance... Revivez les moments forts de la neuvième étape

Le Colombien Egan Bernal (Ineos-Grenadiers) s'est imposé tout en puissance, dimanche, et récupère le maillot rose de leader lors de la neuvième étape du Giro.

Article rédigé par
Hugo Lauzy - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le Colombien Egan Bernal (Ineos-Grenadiers) devient le nouveau patron du Tour d'Italie après sa victoire à Campo Felice lors de la neuvième étape, dimanche 16 mai. (LUCA BETTINI / AFP)

Pour la première grosse explication du Giro à l'occasion de la neuvième étape, dimanche 16 mai, entre Castel di Sangro et Campo Felice (158 km), le Colombien Egan Bernal a fait coup double avec la victoire d'étape et le classement général. Grâce à une prouesse réalisée dans le dernier kilomètre de la montée finale, le vainqueur du Tour de France 2019 prend le pouvoir devant les autres favoris (Evenepoel, Yates, Vlasov...). 

Une course folle et sans temps mort

Dans ce premier gros morceau du Tour d'Italie dans la région des Abruzzes, les deux premières heures de course ont été très animées. Les Bahrain-Victorious ont tenté à plusieurs reprises de dynamiter le peloton. Image forte de ce début de journée, la chute ultra-spectaculaire dans la descente du Passo Godi de Matej Mohoric (Bahrain-Victorious). Le Slovène, victime d'une commotion cérébrale, a abandonné dans la foulée. 

Après plus de 80 km, un groupe de 17 coureurs s'est enfin détaché pour former l'échappée du jour qui comptera plus de trois minutes d'avance sur le peloton. Parmi eux, le Britannique Simon Carr (EF Education-Nippo) et le Français Geoffrey Bouchard (AG2R-Citroën) ont accéléré dans l'ascension de l'Ovindoli. À 9 km de l'arrivée, le Français a profité de sa supériorité en montagne sur son adversaire et d'une mésentente dans le groupe de poursuivants pour s'enfuir vers Campo Felice (1 655 m). 

Dans la montée finale de la 9e étape du Giro, le Colombien Egan Bernal (Ineos-Grenadiers) a attaqué et terminé tout en puissance sur les chemins empierrés de Campo Felice, dimanche 16 mai.
.

(franceinfo: sport / Eurosport Player)

Derrière, la meute s'est organisée à l'initiative des Ineos-Grenadiers dans les trente derniers kilomètres. Le maillot rose Attila Valter (Groupama-FDJ) s'est trouvé en difficulté dès les premières pentes de l'ascension finale. Bien en jambes, le Belge Remco Evenepoel (Deceuninck-Quick Step) a même accéléré en personne en tête du peloton.

Egan Bernal surpuissant

Un coup de bluff, certainement, puisque Egan Bernal a profité du travail de son équipe et d'un terrain favorable pour déposer l'ensemble des favoris dans le dernier kilomètre sur le gravier de Campo Felice. À 400 m de la ligne, le Colombien a passé en revue Geoffrey Bouchard avant de s'adjuger un premier succès en carrière sur une étape d'un grand tour. Le coureur de 24 ans devance Giulio Ciccone (Trek-Segafredo) et Aleksandr Vlasov (Astana) de 7", ainsi que le Belge Remco Evenepoel de 10".

Egan Bernal récupère donc le maillot rose de leader et celui du meilleur jeune sans creuser d'écarts rédhibitoires sur Remco Evenepoel (2e à 15") et Alexandr Vlasov (3e à 21"). Les treize premiers du Giro se tiennent en effet en moins d'1'20" au classement général. L'Auvergnat Romain Bardet, 13e, est le premier Français. Le suspense reste entier plus d'une semaine après le départ de Turin. Comme lot de consolation, l'intenable dijonnais Geoffrey Bouchard (AG2R-Citroën) a pris le maillot bleu de meilleur grimpeur après une journée passée à l'avant de la course.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Egan Bernal

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.