Cet article date de plus de dix ans.

Contador: "La victoire est désormais impossible"

Le triple vainqueur de la Grande Boucle, Alberto Contador, estime qu'il n'a plus aucune chance de remporter cette édition 2011, après sa déconvenue dans la 18e étape. L'Espagnol qui se dit "épuisé" a terminé en haut du Col du Galibier avec 3min 50 sec de retard sur le vainqueur de l'étape et grand favori, Andy Schleck.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Terminant à une très modeste 15e place, Contador sent que ce Tour lui a définitivement tourné le dos. "La victoire est impossible désormais", a-t-il convenu, alors qu'il ne reste plus que trois jours de compétition. "Mes jambes ne répondaient plus et j'ai subi un passage à vide incroyable. Ç'a été une journée très difficile dès le départ de l'étape." Lui qui reste sur un succès triomphal sur le Giro, a sans doute été gêné par son genou droit douloureux. C'est d'ailleurs pour soulager cette douleur qu'il avait demandé en début d'étape l'intervention du médecin du Tour.

"Je ne m'attendais pas à vivre ça mais j'ai l'habitude de connaître des situations très contrastées. Maintenant, je ne pense qu'au repos. Je suis épuisé", a lâché l'Espagnol, qui se trouve à quatre minutes et 44 secondes du maillot jaune, Thomas Voeckler. Cela n'empêche pas Contador de rester fair-play et de saluer le travail effectué par Andy Schleck, son éternel dauphin. "Andy a abattu ses cartes de manière intelligente. Il avait des équipiers dans l'échappée et il a fait une grande course. Il faut le féliciter", a indiqué Contador.

Depuis 2007, l'Espagnol a toujours remporté un Grand Tour dans lequel il s'était engagé. Triple vainqueur du Tour, double vainqueur du Giro et une fois de la Vuelta, Contador attend toujours la décision du Tribunal arbitral du sport (TAS) concernant son contrôle positif du Tour 2010 pour lequel il a été acquitté  en première instance.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cyclisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.