Cyclisme : le prodige belge Remco Evenepoel succède à Julian Alaphilippe et devient champion du monde, Christophe Laporte deuxième

Le prodige belge de 22 ans s'est imposé en solitaire, dimanche, à Wollongong (Australie), sur la course en ligne des championnats du monde de cyclisme sur route.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le Belge Remco Evenepoel sacré champion du monde de cyclisme, le 25 septembre à Wollongong (Australie).  (DIRK WAEM / Belga via AFP)

Les mots commencent déjà à manquer pour qualifier Remco Evenepoel. Mais il faudra désormais lui accoler le titre de champion du monde. A la suite d'une nouvelle performance écrasante, le prodige de 22 ans s'est imposé en solitaire à Wollongong (Australie), dimanche 25 septembre.

Impériale ce dimanche sur les routes de Wollongong, en Australie, le Belge Remco Evenepoel, après un raid solitaire de près de 30 km, devient champion du monde de course en ligne, succédant au Français Julian Alaphilippe. C’est lui qui va maintenant porter le légendaire maillot arc-en-ciel, dix ans après son compatriote Philippe Gilbert.

Le coureur de l'équipe Quick-Step Alpha Vinyl, déjà vainqueur d'un grand Tour (la Vuelta) et d'un Monument (Liège-Bastogne-Liège) cette année, a décroché Alexey Lutsenko à 26 kilomètres de l'arrivée pour devenir le premier Belge champion du monde depuis Philippe Gilbert en 2012. Il succède à son coéquipier Julian Alaphilippe, double tenant du titre. Le Français Christophe Laporte a pris la deuxième place, en remportant le sprint du groupe des poursuivants devant l'Australien Michael Matthews.

A l'issue d'une saison folle, Remco Evenepoel n'a étonné personne en s'emparant du maillot arc-en-ciel. Ce jour devait arriver pour un coureur de ce talent. L'année dernière, son impatience et son ambition démesurée avaient conduit à l'échec une équipe de Belgique articulée autour de Wout van Aert.

Extirpé du peloton très loin de l'arrivée

Aux antipodes, "le petit cannibale", en référence à Eddy Merckx, n'entendra pas cette fois l'ombre d'une critique le concernant. C'est d'ailleurs le doigt sur la bouche qu'il a franchi la ligne avec 2'21'' sur le reste de la meute. "C'est quelque chose dont j'ai rêvé, a-t-il glissé, ému. J'ai gagné un grand Tour, un Monument, le Championnat du monde, j'ai gagné tout ce que je pouvais cette année. Je pense que je n'aurais pas une meilleure saison que celle-là."

Pour construire son succès, Evenepoel a fait du Evenepoel en s'extirpant de très loin. A 76 kilomètres de l'arrivée, dans le Mount Pleasant, le coureur de l'équipe Quick-Step Alpha Vinyl a profité de l'offensive du Français Quentin Pacher pour se retrouver dans le groupe de contre-attaque. "Ma chance était de partir tôt, celle de Wout [van Aert] de suivre et d'attendre le sprint", a-t-il décrypté après l'arrivée.

Malgré une entente pas toujours idéale, ce groupe notamment composé de Romain Bardet et Florian Sénéchal a rapidement enterré les espoirs de Julian Alaphilippe ou Tadej Pogacar. Placés dans un peloton rapidement dépourvu de Mathieu van der Poel sur abandon, ils étaient trop loin pour empêcher le récital de Remco Evenepoel.

Dans la lignée de Bernard Hinault

A 35 kilomètres du terme, il a attaqué une première fois, dans son style caractéristique, avec Alexey Lutsenko dans la roue. Il l'a ensuite décramponné à 26 kilomètres de la ligne, au pied du Mount Pleasant. Une attaque surpruissante qui a rappelé celle sur la côte de la Redoute, en Belgique, lors de sa première victoire sur un Monument à Liège-Bastogne-Liège.

Dans l'avant-dernière ascension du Mont Pleasant, Remco Evenepoel lâche Alexey Lutsenko et s'envole vers son premier maillot arc-en-ciel chez les Elites. Quelle démonstration de force !

Prise à son propre piège, l'équipe de France a récolté une médaille d'argent un peu inespérée. Profitant du surplace des poursuivants, rattrapés par le peloton dans les derniers hectomètres, Christophe Laporte a réglé le sprint pour la deuxième position. "Quand j'ai passé la ligne, je ne savais pas vraiment à quelle place j'étais (...). On peut être vraiment satisfaits. Tout n'était pas parfait, mais Remco était vraiment le plus fort aujourd'hui", a insisté le coureur de la Jumbo-Visma.

Le nouveau champion du monde, lui, continue d'écrire l'histoire, son histoire. Il est tout simplement devenu le premier coureur à remporter un grand Tour, un Monument et le Mondial depuis Bernard Hinault en 1980. De quoi placer le pedigree de Remco Evenepoel.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mondiaux de cyclisme sur route

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.