Cet article date de plus de dix ans.

Champion: "Il faut être audacieux"

Deux échappées en trois jours, le Français Dimitri Champion (AG2R-LA Mondiale) a de nouveau montré le maillot lors de l'étape de 227,5 km entre Montargis et Gueugnon. Si la tentative a échoué à seulement dix kilomètres de l'arrivée, le Francilien, champion de France en 2009, reste déterminé.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Dimitri Champion (AG2R-La Mondiale) a encore fait parler de lui

Pour son premier Tour de France, Dimitri Champion ne fait pas les choses à moitié. Principal animateur, avec Nicolas Vogondy (BBOX), de l'étape entre Cambrais et Reims, le Francilien a remis le couvert, vendredi, à Gueugnon. Après une échappée de 149km, mercredi, le coureur d’AG2R-La Mondiale a ce coup-ci pris son envol à 24 km de l’arrivée avec en ligne de mire le quatuor de tête composé notamment de Mathieu Perget (Caisse d’Epargne), puis complété par Anthony Charteau (BBOX). Il a réussi à tromper la vigilance des HTC-Columbia au pied du col de la Croix de l’Arbre et à rattraper le groupe de tête qui n’avait alors plus que 20 secondes d’avance. "Comme dit le proverbe « qui ne tente rien n’a rien », donc j’ai tenté le coup", a expliqué Champion sur la ligne d’arrivée, à Gueugnon. 

Mais comme deux jours plus tôt, les sprinteurs ont pris les devants à dix kilomètres de l'arrivée, ne permettant pas à Dimitri Champion d’aller au bout de sa tentative. Une tentative rendue d'autant plus difficile avec la chaleur accablante. Mais l'heure n'est pas à la déception. "Aujourd’hui ça a échoué mais si ça avait fonctionné, on nous aurait dit "chapeau". Et Champion d'ajouter : "J’avais peut-être une chance sur dix mais il faut être audacieux quand on veut gagner. Les sprinteurs ont encore eu raison aujourd’hui mais je retenterai ma chance une autre fois." Loin de se laisser abattre, Champion prévient : « Ca marchera la prochaine fois ! »

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cyclisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.