Comment réattribuer les sept victoires d'Armstrong sur le Tour de France ?

La radiation à vie du cyclisme de l'Américain pose la question de la redistribution de ses sept titres sur la Grande Boucle.

Lance Armstrong lors de la sixième étape du Tour de France 2005 à Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 7 juillet 2005.
Lance Armstrong lors de la sixième étape du Tour de France 2005 à Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 7 juillet 2005. (JAVIER SORIANO / AFP)

SPORTS - Durant sept ans (1999-2005), l'Américain Lance Armstrong a régné sans partage sur le Tour de France. La décision de l'agence américaine antidopage (Usada) de le déstituer de ses victoires pour cause de dopage pose une question fondamentale : à qui attribuer ses sept titres, pour que ces Tours ne restent pas sans vainqueurs ? FTVi vous explique qui sont les postulants, et pourquoi les déclarer vainqueur ne sera pas simple.

1999 : Nardello septième et vainqueur ?

Lance Armstrong s'est imposé pour la première fois sur la Grande Boucle en 1999. Les organisateurs du Tour pourraient décider d'attribuer la victoire à son dauphin de l'époque, le Suisse Alex Zülle, mais celui-ci a également été inquiété dans une affaire de dopage. En 1998, au moment de l'affaire Festina, il avait déclaré lors de l'instruction : "Je reconnais faire usage d'EPO depuis quatre ans à peu près. La première fois, je courais pour l'équipe Once. Je faisais usage de ce produit en prévision de chaque course importante". On imagine mal le titre revenir à l'auteur de telles déclarations...

Troisième de l'épreuve, l'Espagnol Escartin n'a jamais été contrôlé positif à un produit dopant, mais faisait partie de l'équipe Mapei, dans laquelle des documents retrouvés en Italie ont prouvé que le dopage y était systématique, expliquait alors le site belge Lesoir.be. En fait, il faut descendre jusqu'à la septième place pour trouver un coureur jamais inquiété avec l'Italien Daniel Nardello.

2000 : Nardello bis

Armstrong, Ullrich, Beloki, Moreau, Heras, Virenque, Botero, Escartin et Mancebo : le top 9 de la première édition du siècle ne comporte que des cyclistes ayant eu, à un moment de leur carrière, des soucis avec les agences antidopages. Là encore, c'est Nardello, dixième, qui pourrait remporter la Grande Boucle.

2001 : Kivilev, heureux quatrième

Pour une fois, la quatrième place pourrait bien ne pas être synonyme de médaille en chocolat. Le Kazakh Andrei Kivilev (Cofidis), qui a finit derrière Arsmstrong, Ullrich et Beloki en 2001, n'a en effet jamais été inquiété dans une affaire de dopage et peut donc être potentiellement déclaré vainqueur.

Lance Armstrong fête à sa manière ses sept victoire sur le Tour de France lors de la 21e étape de la 82e édition du Tour de France, à Paris le 24 juillet 2005. Sa destitution pourrait donc faire des heureux parmi ses concurrents de l\'époque.
Lance Armstrong fête à sa manière ses sept victoire sur le Tour de France lors de la 21e étape de la 82e édition du Tour de France, à Paris le 24 juillet 2005. Sa destitution pourrait donc faire des heureux parmi ses concurrents de l'époque. (JOEL SAGET / AFP)

2002 : aucun vainqueur avant Sastre (10e) ?

2002 est la seule édition où Lance Armstrong n'a pas eu à lutter contre Ullrich lors de sa quête du maillot jaune. Et pour cause : l'Allemand était suspendu... pour dopage.

Derrière l'ex-septuple vainqueur de la Grande Boucle, on retrouve cinq coureurs impliqués dans l'affaire Puerto en 2006 (Beloki, Botero, Gonzalez de Galdeano, Mancebo, Heras) et trois inquiétés au cours de leur carrière dans le cadre d'autres affaires (Rumsas, Azevedo, Leipheimer). Il faut donc descendre jusqu'à la dixième place et l'Espagnol Carlos Sastre pour trouver un vainqueur potentiel.

2003 : Zubeldia, seul coureur jamais inquiété

En 2003, Ullrich revient et finit second, devant Vinokourov, suspendu en 2007 pour une histoire de transfusion sanguine. Tyler Hamilton, quatrième, a connu le même destin en 2004. Pour trouver un vainqueur "propre", il faut donc se tourner vers la cinquième place et l'Espagnol Haimar Zubeldia.

2004 : Sastre de nouveau vainqueur

Carlos Sastre, huitième en 2004, serait comme en 2002 le seul coureur du Top 10 à n'avoir jamais été suspecté de dopage. Il pourrait donc remporter son troisième Tour, son deuxième à la suite d'un forfait puisqu'il s'est imposé à la régulière en 2008.

2005 : Evans remporte son deuxième Tour dans le passé

Un autre vainqueur du Tour pourrait ajouter une nouvelle victoire sur la Grande Boucle  à son palmarès avec l'affaire Armstrong : Cadel Evans, premier au classement général en 2011, pourrait se voir attribuer le Tour de 2005, puisqu'avant sa huitième place, on ne trouve à nouveau que des cyclistes impliqués dans des scandales de dopage (Armstrong, Basso, Ullrich, Mancebo, Vinokourov, Leipheimer et Rasmussen).